Glacé, de Bernard Minier

730 pages

Éditeur : Pocket (origine : XO Éditions)

Date de parution : le 10 mai 2012 (origine : 2011)

Quatrième de couverture

« Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise. Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.

Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière. »

Mon avis

L’histoire se déroule dans la ville de Saint-Martin-de-Comminges, dans les Pyrénées. Lors d’un froid mois de décembre, des ouvriers découvrent un cadavre décapité et dépecé au terminus du téléphérique, à deux mille mètres d’altitude. Le commandant Servaz doit alors abandonner son enquête en cours sur le meurtre d’un SDF pour découvrir, avec le capitaine Irène Ziegler, celui qui a tué… un cheval.

De son côté, Diane Berg, psychologue, se rend à l’Institut Wargnier afin d’y effectuer une formation. C’est un hôpital psychiatrique où les individus présentent des problèmes de santé mentale doublés de délinquance, de violence et de criminalité. Elle devra alors établir un rapport d’expertise psychologique sur Julian Hirtmann, le plus dangereux et le plus célèbre des pensionnaires de cet institut.

L’institut étant situé à seulement quelques kilomètres de la scène de crime, très vite les soupçons se portent sur l’un de ses pensionnaires. Cependant, Servaz écoutera son instinct et ne négligera aucune piste pour trouver le coupable…

L’atmosphère de ce thriller est sombre, oppressante et la période hivernale ainsi que le fait que les meurtres ont lieu dans les montagnes ajoutent une bonne dose de tension à cet ouvrage.

Plusieurs crimes sont commis, des choses se manigancent à l’institut Wargnier, des affaires passées et douloureuses vont refaire surface et on s’aperçoit que les habitants ont des secrets bien gardés, mais plus pour longtemps. Ce livre est plein de rebondissements, je l’ai savouré bien au chaud tout en ressentant le stress des personnages et des enquêtes à cause de l’ambiance pesante instaurée par l’auteur.

Les personnages sont très attachants et ont tous une personnalité qui ne nous laisse pas indifférent. J’ai également apprécié la façon d’enquêter de Servaz qui remonte les pistes et se fit à son instinct.

L’auteur a une plume agréable à lire et nous mène en bateau tout au long de la lecture ; le dénouement est inattendu. Une fois plongée dans l’histoire, je n’ai pas pu lâcher ce livre que j’ai dévoré en deux jours. Pour un premier roman de Bernard Minier, je suis vraiment ravie de cette découverte. N’hésitez pas à le lire, ce thriller est magnifique !

J’ai eu la chance de chroniquer ce livre pour les Chroniques de l’imaginaire.

Publié le 6 juin 2012, dans Chroniques de l'imaginaire, Thriller. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :