Où est passée Lola Frizmuth ?, de Aurélie Gerlach

336 pages

Éditeur : Gallimard Jeunesse

Date de parution : le  11 octobre 2012

Prix : 12€20

Quatrième de couverture

Lola Frizmuth, dix-huit ans, un charisme hors normes et un physique de rêve, décide de fuguer vers le Japon, quelques semaines avant de passer le bac, pour retrouver Tristan, son âme sœur… Et là voilà embringuée dans une histoire trop « chelou ». Dans l’avion, un gangster japonais échange la carte SIM de son portable, truffée d’infos top secret, avec celle de Lola. Résultat : arrivée à Tokyo, Lola, qui ne connaît pas un mot de japonais, n’a plus un seul contact dans son téléphone. Des types armés en costume rayé la talonnent. Et Tristan est dans les bras d’une autre…

Mon avis

Le bac approche pour Lola mais celle-ci préfère s’envoler pour le Japon au lieu de réviser ! Elle souhaite retrouver son amoureux, Tristan, avec lequel elle est sortie pendant un mois. Lola pense qu’elle va passer de merveilleuses journées avec lui mais elle ne se doute pas qu’un gangster japonais va mettre sa carte SIM dans le téléphone portable de Lola, que Tristan n’est pas aussi amoureux d’elle qu’elle le pense et qu’elle sera poursuivie par les Yakusas. Heureusement, parmi tous ses ennuis, Lola fera la rencontre de Lionel, un jeune homme qui travaille à l’ambassade de France. Il l’aidera à surmonter tous ses ennuis !

Je suis agréablement surprise par cette lecture jeunesse mais amusante ! C’est un livre à lire absolument pour se divertir et voyager au Japon. J’ai bien aimé le changement de narration à chaque chapitre même si on ne comprend pas toujours qui est le narrateur. On le découvre donc en lisant le chapitre ou en lisant attentivement le titre du chapitre. J’ai adoré les petits textos échangés entre Lola, sa sœur, sa mère, son père et d’autres personnages qui m’ont bien diverti.

Concernant les personnages, Lola est une jeune fille assez têtue et quelques fois énervante, mais elle est aussi attachante. Lionel, stagiaire à l’ambassade de France, est gentil, mais je trouve que ses sentiments se développent trop vite, ce n’est pas très réaliste.

Aurélie Gerlach nous offre un livre qui se lit vite, qui est agréable et avec lequel on passe un très bon moment de lecture sans prise de tête.

J’ai eu le plaisir de chroniquer ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

Publié le 20 novembre 2012, dans Chroniques de l'imaginaire, Jeunesse. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Il semble super ce roman… La couverture m’avait attiré, mais je ne connaissais pas l’histoire et je dois dire qu’avec ton avis, tu m’a vraiment donné le goût de le découvrir… Bonne semaine Titisse xox

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :