Remède mortel, de Harlan Coben

505 pages

Éditeur : Pocket

Date de parution : le  6 septembre 2012

Prix : 8€10

Quatrième de couverture

New-York, fin des années 1980. Le docteur Harvey Riker a peut-être découvert un vaccin contre le sida. Une formidable avancée qui, cependant, gêne certaines intérêts et lobbies. La mort de l’associé d’Harvey et les meurtres sauvages de deux de ses patients pourraient bien être une menace personnelle.

D’autant plus personnelle que son mari est séropositif…

Mon avis

Tout commence lorsque Bruce, l’associé de Harvey, est retrouvé mort. Celui-ci, dit-on, s’est suicidé… Puis deux autres hommes ont été retrouvés assassinés. Quel est le lien entre ces trois morts ? Bruce dirigeait une clinique privée qui faisait des recherches pour trouver un vaccin contre le sida. Les deux hommes assassinés étaient séropositifs et sont devenus séronégatifs grâce à cette découverte qui d’ailleurs gêne quelques personnes pour une question budgétaire. Harvey Riker confie à Sara Lowell, jeune journaliste, les soupçons qu’il a sur le lien entre ces trois meurtres et la clinique. Malheureusement, le mari de Sara, Michael Silverman, un célèbre joueur de basket, est diagnostiqué séropositif. Sera-t-il la prochaine victime du tueur en série ? Quel est le mobile du ou des meurtriers ?

J’aime beaucoup les ouvrages d’Harlan Coben et je ne pouvais donc pas passer à côté de celui-ci. Je me suis jetée dessus et j’ai découvert en lisant l’avant-propos que cet ouvrage est l’un de ses premiers livres écrit il y a plus de vingt ans ! Cela ne m’a pas empêchée d’apprécier l’une des premières œuvres écrite par celui que je considère comme l’un des maîtres du thriller.

L’auteur parle d’un sujet relativement sensible à l’époque à laquelle il l’a écrit : le sida. Dans ce livre, les recherches contre le sida sont mal perçues puisque des subventions sont allouées à la clinique privée dirigée par Harvey et Bruce. De ce fait, ça en fait moins pour les autres cliniques qui luttent contre d’autres maladies comme le cancer par exemple. C’est donc encore un sujet d’actualité mêlant la recherche médicale, les médias et différents enjeux politiques.

Le suspense est présent tout au long du roman jusqu’au dénouement final. L’histoire se lit facilement et on ne voit pas les pages défiler. Même si ce livre est bon, ce n’est pas le meilleur d’Harlan Coben. Je ne lui jette pas la pierre car c’est déjà un très bon niveau pour, à l’époque de la rédaction de cet ouvrage, un jeune auteur. Si vous souhaitez découvrir une de ses oeuvres, je ne vous conseille pas de commencer par celle-ci. Par contre, pour les fans du genre, n’hésitez pas !

J’ai eu le plaisir de chroniquer ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

Publicités

Publié le 27 novembre 2012, dans Chroniques de l'imaginaire, Thriller. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Oh ce livre est très tentant … L’intrigue et le suspense semble super !!! Merci de cette découverte Titisse xox

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :