Les Etranges talents de Flavia de Luce (tome 1), de Alan Bradley

376 pages

Éditeur : 10/18

Date de parution : le 2 mai 2013

Prix : 7€50

Quatrième de couverture

Pour Flavia de Luce, la découverte d’un oiseau mort sur le seuil du manoir familial constitue un mystère passionnant – d’au- tant plus qu’un timbre rare est fiché dans son bec. Mais, rapidement, un cadavre fait son apparition au milieu d’un plant de concombres et le colonel de Luce n’est plus le même… Avec un esprit scientifique hors du commun et toute l’insolence de son jeune âge, Flavia décide de mener l’enquête sur le passé tourmenté de son père.

Mon avis

L’histoire se déroule en Angleterre, en 1950, au manoir Buckshaw. Y vivent Flavia de Luce, une petite fille de onze ans, son père et ses deux soeurs, Ophélia et Daphné. Il se passe des choses étranges dans ce manoir : un oiseau mort avec un timbre dans le bec est retrouvé sur le seuil de la porte, le corps d’un inconnu est retrouvé par Flavia dans le potager de concombres… Flavia ne pense qu’à découvrir l’identité de ce cadavre et ce qu’il s’est passé, surtout quand le parfait coupable se révèle être son père.

Voici un thriller jeunesse divertissant. Je dois quand même signaler que les jeunes lecteurs risquent de décrocher de ce roman puisque beaucoup de chimie ou de références historiques et littéraires sont présentes. Néanmoins l’héroïne étant une petite fille de onze ans, les disputes avec ses soeurs étant régulières, on peut penser que ce thriller peut également être destiné aux jeunes lecteurs. Dès le début du roman, le lecteur est plongé dans l’intrigue avec la découverte d’un oiseau mort sur le palier. Quelques rares passages sont lents mais sinon on ne s’ennuie pas. J’ai bien accroché à l’écriture de l’auteur qui a d’ailleurs rendu son roman vivant.

Concernant les personnages, nous suivons Flavia pendant tout le roman. C’est une petite fille qui n’a pas connu sa mère décédée, son père s’occupe peu d’elle et elle ne s’entend pas avec ses soeurs. Mais attention Flavia n’hésite pas à se venger de leurs taquineries pour notre plus grand plaisir. C’est une fille intelligente pour son âge puisqu’elle est vraiment forte en chimie. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, est relativement têtue et fera tout pour découvrir le coupable de ce meurtre afin d’innocenter son père.

Dogger est un personnage que j’ai apprécié. Il est au service des De Luce depuis des années et répond toujours présent pour aider Flavia. On ne connaît pas beaucoup son passé, mais le peu que l’on connaît m’a donné envie d’en apprendre plus sur ce personnage.

Pour conclure, un thriller jeunesse divertissant, un suspense omniprésent jusqu’au dénouement final et une jeune héroïne attachante.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

4 sur 5

Publicités

Publié le 24 juillet 2013, dans Chroniques de l'imaginaire, Jeunesse, Thriller. Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. J’étais curieuse de lire ta critique car ce livre est dans ma PAL. Par contre je l’ai en VO alors j’espère que les référence littéraire et historique ou encore la chimie dont tu parles ne seront pas trop dur a comprendre…. En tout cas merci pour cette critique qui me donne envie de me lancer!

  2. Très chouette chronique 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :