Ces lieux sont morts, de Patrick Graham

417 pages

Éditeur : Fleuve noir

Date de parution : le 15 mai 2014

Prix : 20€90

Quatrième de couverture

« Le docteur Eric Searl du Good Samaritan Hospital de Los Angeles ne vit que pour les « endormis ». Ceux qu’un accident ou qu’une maladie a plongés dans un coma profond et qu’il faut accompagner vers le réveil… ou la mort. Searl serait un pur héros s’il s’occupait aussi bien des « éveillés », et en particulier de sa propre famille.

C’est bien pour cela que Rebecca, sa nouvelle compagne, le maudit lorsqu’il rate leur avion à la veille de Noël et qu’elle se retrouve à conduire les trois enfants de Searl dans le chalet familial. Un lieu totalement isolé en plein cœur des Rocheuses. Malgré une tempête de neige épouvantable, Rebecca arrive tant bien que mal à bon port.
Sa seule erreur de parcours aura été de vouloir sauver un jeune auto-stoppeur du froid. Un auto-stoppeur bègue qui lui a menti sur sa destination. Lorsque Searl prend la peine d’appeler Rebecca, ce qu’il entend à l’autre bout du fil, ce sont des portes qui claquent, les hurlements des siens, et L’Enlèvement au Sérail. Puis cette voix, glaçante : « Aaaa votre plaaace, je deviendrais complètement fffou, doc. » La voix de celui qui a agressé sa famille et enlevé sa petite fille. Pour Searl, le compte à rebours a commencé…« 

Mon avis

Dès les premières pages, nous suivons Warren, un chasseur de primes, qui doit ramener un jeune homme de vingt ans dans un centre où les personnes qui sont emprisonnées sont extrêmement dangereuses. Mais leur voyage ne se passera pas si bien que ça.

Nous suivons également le docteur Searl qui s’occupe des « endormis », c’est-à-dire ceux qui sont plongés dans le coma à cause d’une maladie ou d’un accident. Il les accompagne soit vers le réveil en leur parlant, en leur faisant sentir des odeurs familières ou écouter de la musique, soit vers la mort. Ce médecin est tellement investi dans son travail qu’il oublie de prendre l’avion avec Rebecca et ses trois enfants. Rebecca devra alors conduire seule les trois enfants de Searl dans le chalet familial. Sa route ne sera pas de tout repos puisqu’elle sera poursuivie par un camionneur fou.

Néanmoins, en pleine tempête de neige, Rebecca décide d’aider un jeune auto-stoppeur bègue. Il va voir sa grand-mère qui habite sur les hauteurs de Big Creek Lake, une des dernières maisons avant le lac. Il a de la chance puisque Rebecca se rend au même endroit. Une fois arrivée au chalet, Rebecca téléphone à Searl. Grosse panique : alors qu’elle lui raconte qu’elle a déposé l’auto-stoppeur chez sa grand-mère, Searl lui apprend que la maison de Searl est la seule, les autres maisons se trouvant de l’autre côté du lac et étant vides à cette période de l’année… Rebecca et les enfants se retrouvent tout à coup dans le noir, la chaîne stéréo émet de la musique… Dans tout ce bruit, un inconnu parle à Searl : « Aaaa votre plaaace, je deviendrais complètement fffou, doc. » Le compte a rebours a commencé : Searl doit aller sauver sa famille.

Dès les premières pages, j’étais plongée dans l’histoire de ce thriller qui frôle le coup de cœur. J’ai adoré les deux premières parties de ce livre. La tension est omniprésente, j’ai stressé en même temps que les personnages, je ne voulais pas fermer le livre pour dormir. Je pensais qu’à une chose : lire, lire et lire ce roman. Je suis devenue accro à ce thriller, j’en ai parlé partout autour de moi.

Bref, j’ai seulement « failli » avoir un coup de cœur puisque la dernière partie de ce roman, bien qu’elle soit intéressante, m’a moins plu que les deux premières parties. Il y a moins de stress, moins d’action. Dans cette partie, on est surtout à la recherche de réponses aux événements qui se sont passés dans les deux premières parties de ce roman. Et pour obtenir ces réponses, il va falloir aller chercher dans le cerveau d’une personne et appréhender ses peurs avec elle.

J’ai beaucoup aimé le fait que Searl arrive à stimuler le cerveau des personnes dans le coma à l’aide d’odeurs ou de musique, qu’il accompagne les endormis jusqu’à la mort ou qu’il les aide à revenir dans le monde des vivants. Néanmoins, j’ai trouvé que c’était un peu moins réaliste lorsqu’il voyait également ce que voyaient les endormis. Ça ne m’a pas plus dérangée que ça, mais il fallait bien un petit point négatif.

Malgré une dernière partie un peu décevante, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce thriller dont j’ai hâte de lire la suite.

 J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

5 sur 5

Publicités

Publié le 8 octobre 2014, dans Chroniques de l'imaginaire, Thriller. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. J’aime beaucoup cet auteur, son roman a forcément rejoint ma PAL dès sa sortie: tu me donnes envie de l’en sortir vite!

  2. milleetunefrasques

    Je note dans mes tablettes alors 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :