Les sirènes noires, de Jean-Marc Souvira

439 pages

Éditeur : Fleuve noir

Date de parution : le 12 novembre 2015

Prix : 19€90

Quatrième de couverture

« 03h20 du matin, Ouest parisien. Le commissaire Mistral écoute un morceau de jazz, son humeur à l’unisson. Les lumières de la ville défilent à travers la vitre. Plongée en apnée dans son âme. Il ne le sait pas encore mais le compte à rebours a commencé.

Plein jour, sud-est du Nigeria. Les tambours résonnent. Margaret, 17 ans, corps de déesse et cœur sur le point d’imploser d’émotion, s’avance sous la tente. La cérémonie débute. Elle ne le sait pas encore mais son destin, et celui de sa famille, sont sur le point de basculer.

Retour à  Paris. Un homme guette, attend, les sens en alerte dans l’obscurité. Il n’en peut plus. Il fredonne comme une litanie sans fin son morceau culte d’AC/DC. Il savoure par avance le moment où il possédera sa proie.

Le tic-tac s’égrène. Le point d’impact de ces trajectoires humaines est imminent. »

Mon avis

Nous suivons Ludovic Mistral, chef de brigade criminelle de la police judiciaire, sur plusieurs affaires. Tout d’abord, au Nigeria, Margaret va se confronter au sorcier au sein d’une Cérémonie, puis partira avec deux jeunes filles en France afin de devenir coiffeuse. Mais arrivée en France, on lui prend son passeport et elle se retrouvera sur les trottoirs de Paris. Nous suivons également l’affaire des corps démembrés : les corps de deux albinos sont retrouvés démembrés dans un immeuble parisien. Enfin, Mistral devra retrouver le violeur et meurtrier des parkings parisiens.

Je n’avais jamais lu de roman de Jean-Marc Souvira. Son style d’écriture est fluide, concis, et précis. En plus d’être écrivain, il est commissaire divisionnaire et exerce au sein de la Police Judiciaire depuis de nombreuses années. Il a également dirigé l’Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains. Les sujets abordés dans son roman sont donc bien loin de lui être inconnus et on le sent clairement. Mais je vous rassure, l’auteur ne rentre jamais dans d’horribles détails. Je pense de toute façon que les lecteurs ont assez d’imagination pour s’imaginer certaines scènes.

La traite des femmes africaines en tant qu’esclaves sexuelles dans les rues de Paris n’est malheureusement pas une invention et est un sujet bien connu du grand public. Ce qui l’est peut-être un peu moins, c’est l’emprise que la magie des sorciers africains a sur ces jeunes filles qui se retrouvent alors dans Paris, à se prostituer pendant de nombreuses années. Sylvie, une prostituée française, sera d’ailleurs d’une grande aide dans cette enquête.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman très inspiré de faits réels. De plus, les personnages ne nous laissent pas indifférents, qu’on les aime ou les déteste.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

3 sur 5

Publicités

Publié le 31 mars 2016, dans Chroniques de l'imaginaire, Thriller. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Un roman qui je suis certaine saurait me plaire !!! Un bel avis qui donne envie de s’y plonger. Reste juste à l’ajouter dans ma PAL!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :