Memorex, de Cindy Van Wilder

406 pages

Éditeur : Gulf Stream Editeur

Date de parution : le 6 mai 2016

Prix : 17€

Quatrième de couverture

« 2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contrat sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île Familial. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancœurs que Réha ressasse depuis un an. Au cœur de l’énigme : memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous. »

Mon avis

L’histoire se déroule en 2022, un an après l’attentat qui a tué la mère de Réha et d’Aïki, son frère jumeau. Depuis cet attentat, rien n’est plus pareil et Aïki s’est éloigné de Réha. Un an après le décès de leur mère et en sa mémoire, Réha et Aïki vont rejoindre leur père à Star Island, l’île familiale. Mais une fois arrivés là-bas, tout va basculer et Réha devra payer le prix des lourds secrets de son père.

Je n’avais pas trop accroché à la trilogie des Outrepasseurs de la même auteure, c’est pourquoi j’avais un peu peur de me plonger dans ce roman. J’ai été attirée par le livre dont la couverture m’a plu, mais également par sa tranche qui est originale car elle est toute verte.

La plume de l’auteure est fluide et agréable. Les chapitres sont courts et rapides à lire. Il y a une alternance entre le passé et le présent qui permet de nous révéler pas mal de choses. Les sujets traités dans ce roman sont malheureusement d’actualité, ce qui nous permet de mieux comprendre encore les personnages. La petite dose de science fiction amène une touche d’originalité à l’intrigue.

Concernant les personnages, je ne me suis pas attachée à eux. Le père de Réha est le riche propriétaire de Memorex, laboratoire spécialisé dans la recherche sur le cerveau. Dès le début, je n’ai pas accroché à ce personnage. S’agissant de Réha, c’est une adolescente forte qui continue de se battre malgré la perte de sa mère et malgré le fait que son frère s’éloigne d’elle alors qu’ils ont toujours été proches. S’agissant d’Aïki, je ne l’ai pas trop apprécié au début car je le trouvais froid et inintéressant. Puis on apprend à le découvrir grâce aux chapitres relatant le passé et on comprend mieux sa façon d’être.

Pour conclure, même si je suis loin du coup de cœur, j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman d’anticipation où la psychologie des personnages a une place importante.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

Publicités

Publié le 29 juin 2016, dans Chroniques de l'imaginaire, Science fiction. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Merci beaucoup pour cette chronique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :