Alice au Pays des Morts-Vivants, de Mainak DHAR

255 pages

Éditeur : Fleuve éditions

Collection Outrefleuve

Date de parution : le 12 mai 2016

Prix : 17€90

Quatrième de couverture

« Pays des Morts, Inde. Du monde d’hier, il ne reste rien, juste les armes, nécessaires à la survie. Depuis qu’un virus a réduit la quasi-totalité de l’humanité à l’état de zombies, le Comité Central règne sur cette partie du globe. L’instrument de son pouvoir : son armée, Zeus.

Alice, quinze ans, vit dans une communauté restée indépendante et libre. Pour toute école, elle n’a connu que celle du combat. mais elle y excelle. Lors d’une patrouille, elle surprend un mort-vivant portant des oreilles de lapin roses qui sort subitement de terre, puis qui disparaît. Des rumeurs parlent d’un réseau souterrain où les Mordeurs se réfugient.

Sans l’ombre d’une hésitation, elle s’engouffre à sa suite. Et chute… »

Mon avis

Nous suivons Alice, une adolescente de quinze ans, qui n’a jamais connu le monde d’avant « le Réveil », puisqu’elle est née trois mois après le Réveil. Le Réveil est la période où un virus a réduit la majorité de l’humanité à l’état de zombies, de Mordeurs. Le monde s’est alors engouffré dans une guerre entre les vivants et les morts-vivants.

Un jour, alors qu’Alice pourchasse un Mordeur avec des oreilles de lapin rose, la terre cède sous ses pieds et elle glisse le long d’une pente abrupte et sinueuse, dans les spirales d’un tunnel.

Oui, le début de ce roman nous fait penser à une réécriture d’Alice au pays des merveilles, notamment à cause des personnages que nous rencontrons : Alice, la Reine, le Chapelier Fou. Mais ce n’est pas vraiment le cas.

Malheureusement, je n’ai pas accroché à la plume de l’auteur, surtout lors de la première partie du roman. L’auteur décrit Alice comme une guerrière, mais l’auteur nous le dit plusieurs fois. Pareil, l’auteur nous précise à plusieurs reprises qu’Alice ne sait pas lire, mais qu’elle devine néanmoins ce qui est écrit. C’est assez redondant. L’histoire se déroule également vite, trop vite. De plus, il n’y a pas trop de surprises, on devine la plupart des choses. L’action est présente, l’intrigue est intéressante mais reste trop superficielle.
Concernant les personnages, je ne me suis pas spécialement attachée à eux. J’ai trouvé qu’ils manquent de profondeur. Alice n’a en effet que le nom d’Alice. Je ne sais pas si l’auteur voulait ou non faire une vraie réécriture d’Alice au pays des merveilles, mais je peux vous assurer que ce roman ne ressemble pas à Alice au pays des merveilles avec des zombies, mis à part la ressemblance des noms des personnages (Alice, la Reine…).

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, mais malheureusement je n’ai pas accroché à la plume de l’auteur et au manque de profondeur de l’intrigue et des personnages.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

2 sur 5

 

Publicités

Publié le 24 août 2016, dans Chroniques de l'imaginaire, Jeunesse, Science fiction. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :