First Love, de James Patterson et Emily Raymond

310 pages

Éditeur : Hachette romans

Date de parution : le 27 avril 2016

Prix : 15 € 90

Quatrième de couverture

« Moi, c’est Axi. J’ai seize ans. j’ai toujours été une bonne élève, surtout pas du genre à m’attirer des ennuis… jusqu’à aujourd’hui. Il est exactement 4h30 du matin, je viens de me réveiller et de tirer mon sac à dos de sous mon lit. Je pars.

Lui, c’est Robinson. Un jour, je l’ai traité de voyou, histoire de rigoler : il n’a jamais oublié, il a presque dix-sept ans. C’est mon meilleur ami, mon complice de tous les bons… et moins bons… moments.

Alors forcément, quand je lui propose de fuguer pour partir en Road-trip à travers les Etats-Unis, il n’hésite pas longtemps. De toutes façons, j’ai tout minutieusement préparé. Ou presque… Car comment aurais-je pu prévoir ce qui nous attendait vraiment ? »

Mon avis

Axi et Robinson partent du jour au lendemain, sans prévenir leurs proches. Axi a envie de voyager de l’Oregon à New-York. Robinson, son meilleur ami, la suivra au bout du monde. Mais la maladie les rattrapera.

Je ne suis pas fan de road-trip, j’ai vraiment du mal avec ce genre de livre. Malheureusement, je ressors déçue de ma lecture. Je m’attendais à quelque chose de mieux, ici rien de bien transcendant.

Ce roman est partagé en deux parties. La première partie est axée sur le rad-trip, leur voyage, leurs erreurs. La deuxième partie est consacrée au cancer de Robinson.
Dès le début du livre, avec la quatrième de couverture et la note de l’auteur, on sait à quoi s’attendre et on sait comment l’histoire se terminera. Les chapitres sont courts et certains d’entre eux sont illustrés de photos en noir et blanc qui témoignent du voyage d’Axi et Robinson.

Concernant les personnages, je ne me suis pas attachée à eux et à ce qu’ils vivaient. Le problème avec ce genre de roman, c’est que je trouve qu’on ressent beaucoup moins les émotions des personnages.
Axi et Robinson n’ont pas eu une super enfance. Lorsqu’Axi veut oublier sa vie et son père alcoolique en faisant un road-trip, Robinson la suit tout de suite. Au fur et à mesure du voyage, ils feront des conneries ensemble, se soutiendront, se découvriront encore plus. Jusqu’au moment où le cancer de Robinson les rattrape. Axi sera alors d’un soutien sans faille pour lui.

Pour conclure, même si ce roman ne m’a pas plu, il plaira surement aux adolescents qui sont fans de road-trip.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

2 sur 5

Publicités

Publié le 1 septembre 2016, dans Chroniques de l'imaginaire, Jeunesse. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :