Archives de Catégorie: Fantastique

Scorpi (tome 3 – Ceux qui tombent les masques), de Roxane Dambre

414 pages

Éditeur : Calmann-Lévy

Date de parution : le 9 novembre 2016

Prix : 16€90

Chronique du 1er tome

Chronique du 2ème tome

Quatrième de couverture

« Une semaine à Venise avec sa meilleure amie, voyage en jet privé et chambre avec vue sur la place Saint-Marc… Trop beau pour être vrai ? Oui, Charlotte aurait dû se méfier… Au lieu d’un séjour idyllique dans une des plus belles villes du monde, voilà qu’elle se retrouve à poster un ennemi mortel des Scorpi, un Chasseur. Aidée par une étrange créature cachée dans les canaux de Venise, Charlotte remplit sa mission, mais découvre à cette occasion que le Chasseur est loin d’être seul ! Toutes les familles de l’ombre vont alors converger vers Venise pour livrer combat, envoyant leurs meilleurs tueurs, plus terrifiants les uns que les autres… les pires étant sa propre belle-famille ! Heureusement, Charlotte peut toujours compter sur Adam, de plus en plus amoureux et de plus en plus maladroit, sur son petit frère Elias, si mignon qu’on en oublie combien il est dangereux, sans oublier Croquette, le chien le plus peureux de la terre, qui va devenir sans conteste un des héros de l’aventure ! »

Mon avis

Nous retrouvons Charlotte qui vit au manoir des Scorpi depuis deux mois. Son fiancé, Adam, a décidé de lui préparer une petite surprise : sa meilleure amie Sophie vient au manoir pendant une semaine ! Charlotte est contente mais a peur qu’elle découvre la vraie nature des habitants du manoir. Néanmoins, dès son arrivée, il y a un gros changement de plan, grâce à Walder Draconis. Charlotte, Sophie et Croquette, son chien, vont partir à Venise pour une chasse au trésor…

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce dernier tome. Comme dans les précédents tomes, l’histoire est rythmée grâce à l’humour, aux situations cocasses et à l’action. La plume de l’auteure est également toujours aussi agréable à lire.

S’agissant des personnages, Charlotte s’est bien intégrée dans le manoir et dans le quotidien de son fiancé. Dans cet opus, elle sera plongée au cœur de l’action et devra se débrouiller plusieurs fois sans l’aide d’Adam et d’Elias. Cela ne lui fait pas peur et elle montre ainsi qu’elle est aussi une Scorpi, même si elle est humaine. Adam est moins présent que dans les précédents tomes, mais il l’aime toujours autant. En plus de devoir gérer beaucoup de Geistjäger, les Scorpi vont devoir découvrir qui est le traître de la famille. Tout au long de cette aventure, je me suis attachée à Charlotte, Adam et Elias, même si Elias est mon petit préféré.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture avec ce dernier tome. J’ai beaucoup aimé l’univers de l’auteure et ses personnages. Une trilogie à découvrir !

J’ai chroniqué ce roman pour Les Chroniques de l’Imaginaire.

Scorpi (tome 2 – Ceux qui vivent cachés), de Roxane Dambre

412 pages

Éditeur : Calmann-Lévy

Date de parution : le 26 octobre 2016

Prix : 16€90

Chronique du 1er tome

Quatrième de couverture

« Depuis qu’elle vit au manoir Scorpi, Charlotte découvre un nouveau monde. S’il n’y avait que son fiancé Adam et sa singulière famille de tueurs à gages, et surtout son formidable petit frère Elias, les journées seraient déjà bien remplies. Mais il y a aussi toutes les créatures du manoir, qui s’efforcent de ressembler à des humains pour faire plaisir à Charlotte… et échouent toujours à un moment ou à un autre. Charlotte ne sait plus si elle doit trembler ou rire, mais elle les adore ! Pourtant, un jour de septembre, leur nouvelle vie bascule dans l’angoisse. Un homme, dit le Chasseur, a entrepris de traquer et d’éliminer les créatures. Adam lui-même le redoute, et est contraint de se cacher avec tous les siens. Seule Charlotte a la capacité d’agir, l’homme ne lui fera aucun mal puisqu’elle est humaine. Sauf que, précisément, en tant qu’humaine, c’est elle la plus faible de tous ! Il y a fort longtemps, Charlotte a entendu dire que les légendes naissent toujours d’un malentendu. Eh bien, elle ne va pas tarder à en avoir la preuve. »

Mon avis

Charlotte vit désormais au manoir Scorpi, accompagnée des créatures du manoir, mais surtout de son fiancé Adam et d’Elias, son petit frère. Charlotte a pris ses marques dans son nouveau boulot, elle gère les rendez-vous de son fiancé, elle refuse certains contrats, elle sert quelques fois d’appât, et elle travaille dans une association. La routine pour Charlotte jusqu’au jour où elle devra faire face au Geistjäger, un tueur et chasseur de créatures surnaturelles. Tout le monde doit donc se cacher, sauf Charlotte qui est humaine et ne craint donc pas le Geistjäger !

La plume de l’auteure est fluide et très agréable à lire. L’univers est toujours aussi agréable à découvrir, notamment en ce qui concerne les créatures qui peuplent le manoir Scorpi. L’action est bien plus présente dans cet opus. J’ai bien aimé les situations cocasses et j’ai apprécié découvrir au début de ma lecture le résumé du précédent tome, très pratique pour se rafraîchir la mémoire.

S’agissant des personnages, ils sont toujours aussi sympathiques et attachants. Elias veut grandir et devenir tueur à gages. Mais Charlotte s’y oppose fermement, il est tellement adorable et jeune ! Charlotte a bien plus confiance en elle que dans le premier tome et je pense qu’elle se sent bien au manoir Scorpi. S’agissant d’Adam, il est toujours aussi protecteur, mais ici il ne pourra pas aider Charlotte face au Geistjäger. Ça va être très dur pour lui…

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment avec ce deuxième tome. L’univers est toujours aussi agréable à découvrir, l’action est omniprésente et les personnages sont attachants.

J’ai chroniqué ce roman pour Les Chroniques de l’Imaginaire.

Scorpi (tome 1 – Ceux qui marchent dans les ombres), de Roxane Dambre

377 pages

Éditeur : Calmann-Lévy

Date de parution : le 5 octobre 2016

Prix : 16€90

Quatrième de couverture

« Par un de ces orages d’été dont Paris a le secret, la jeune Charlotte découvre un petit garçon blotti au pied de son immeuble, ses cheveux sombres dégoulinant, son T-shirt plaqué par la pluie. Charlotte, qui est la gentillesse même, lui propose de s’abriter chez elle. Là, l’enfant lui tient des propos ahurissants : ses parents et son grand frère sont des « créatures de l’ombre », des tueurs à gages aux pouvoirs surnaturels, baptisés les Scorpi. Lui-même, Élias, est en apprentissage. Et sa phrase fétiche semble être : « Tu veux que je le tue ? » Charlotte n’en croit pas un mot, d’abord. Mais bientôt elle découvre dans son salon une version vingt-cinq ans d’Élias, un grand brun aux yeux bleu outremer. Adam, le frère aîné, vient d’entrer dans sa vie, et celle-ci va tourner à la cavalcade. Comment réagir quand on a vingt-trois ans, qu’on est seule et plutôt pacifique, et qu’on tombe amoureuse d’un tueur à gages qui n’est même pas humain ? Alors ? Prêts à suivre ceux qui marchent dans les ombres ? »

Mon avis

Un soir, Charlotte trouve en bas de son immeuble un enfant de onze ans, seul et tout mouillé. Elle décide alors de le loger pour la nuit, en attendant de retrouver ses parents. Mais elle était loin d’imaginer que cet enfant allait bouleverser sa vie…

J’ai entendu beaucoup de bien de cette auteure que je découvre avec cette trilogie. S’agissant de l’univers, je dois avouer que mêler le fantastique au monde des tueurs à gages est original. L’humour est également au rendez-vous. Néanmoins, quelques situations m’ont dérangée car elles étaient trop « faciles », notamment le fait que Charlotte accepte aussi vite d’épouser l’un des personnages.

Concernant les personnages, Charlotte est comptable dans une petite entreprise. Elle aime son boulot, mais elle déteste son supérieur, Thomas, qui la harcèle. Malheureusement, étant encore en période d’essai, elle préfère ne rien dire. Charlotte est une jeune femme adorable qui mène une vie banale : piscine avec les copines, travail, dodo… Mais attention, elle a du caractère ! Sa rencontre avec Elias va bouleverser sa vie.

S’agissant d’Elias, je l’ai trouvé adorable. Du haut de ses onze ans, ce petit garçon se montre protecteur avec Charlotte. Il découvre également le monde des humains. Enfin, s’agissant de son frère Adam, j’ai eu un peu plus de mal à l’apprécier. Il est pourtant sympathique et protecteur, mais le feeling est moins bien passé.

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture avec cet opus. Malgré quelques petits points négatifs, j’ai apprécié cet univers original et je me suis attachée aux personnages, notamment à Charlotte et Elias.

J’ai chroniqué ce roman pour Les Chroniques de l’Imaginaire.

Un palais d’épines et de roses, de Sarah J. Maas

521 pages

Éditeur : De La Martinière Jeunesse

Date de parution : le 9 février 2017

Prix : 18€90

Quatrième de couverture

« En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et pourquoi lui et sa cour se cachent-ils derrière des masques ? Quel est le mal qui ronge son royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix. »

Mon avis

Avant le décès de sa mère, Feyre lui a promis de s’occuper de son père et de ses sœurs. Elle a donc développé des talents de chasseuse pour nourrir sa famille. Mais un jour de chasse, sans le savoir, elle tue un Fae. Suite au traité conclu entre les immortels et les humains, le seigneur du Fae, Tamlin, vient réclamer sa dette : être tuée sur le champs ou être emprisonnée à Prythian, le royaume des immortels. Feyre est alors emmenée de force à Prythian, dans le demeure de Tamlin. Elle y découvrira un sublime palais peuplé de Fae masqués… Pourquoi ? Quel mal ronge le royaume ?

Dès les premières pages, j’ai senti que j’aurai un coup de cœur pour ce roman. J’adore l’univers des Fae, mais j’aime également beaucoup la plume de Sarah J. Maas. J’ai beaucoup aimé l’univers qu’elle a créé, ses personnages, son intrigue. Bref, j’ai adoré ma lecture.

Concernant les personnages, Feyre est une jeune femme qui a du caractère et qui est prête à tout pour ceux qu’elle aime. Dès son arrivée à Prythian, alors qu’elle est enfermée dans un très beau palais, Feyre ne pense qu’à s’échapper pour rejoindre sa famille. Pourtant, Tamlin est très gentil avec elle, il est même à ses petits soins. Un comportement d’ailleurs assez étrange puisqu’elle a tué son ami. Feyre, intelligente et combattante, ne baisse pas les bras pour essayer de s’échapper. Elle traîne donc dans les bois alentours, avec Lucien, l’ami de Tamlin, mais beaucoup de sombres créatures y traînent. Elle fini par comprendre que quelque chose ne va pas dans ce royaume et essayera d’aider Tamlin, à n’importe quel prix…

S’agissant de Tamlin, je me suis vite attachée à lui. Alors qu’il est puissant, il est vraiment agréable, protecteur et patient avec Feyre. Je pense même qu’il doit être séduisant sans son masque. Enfin, j’ai également bien aimé Lucien. Il est moins sympa avec Feyre, mais son comportement est compréhensif. Ils s’envoient pas mal de petit piques, pour le grand plaisir du lecteur.

Alors que l’histoire de Feyre et de Tamlin commence mal, j’ai ressenti dès le début leur attirance. J’ai apprécié voir leur histoire évoluer, voir ces deux personnages apprendre à se connaître, à se faire confiance et à s’aimer.

C’est compliqué de décrire pourquoi j’ai eu un coup de cœur pour cet opus. L’univers m’a tout de suite plu, j’ai tout de suite apprécié les personnages, j’ai ressenti leur attirance et leurs sentiments. J’ai beaucoup aimé l’intrigue de cette histoire où Feyre est un élément clef. Cet opus est addictif, impossible de le lâcher !

Vous l’aurez compris, j’ai eu un coup de cœur pour cet opus. Un livre que je vous conseille vraiment de découvrir !

Je remercie grandement  les éditions De La Martinière Jeunesse pour cette superbe découverte dans le cadre de notre partenariat.

La note de Rex

Coup de coeur

Le monde des sorciers de J.K. Rowling : La magie du cinéma

102 pages

Éditeur : Gallimard Jeunesse

Date de parution : le 16 novembre 2016

Prix : 26€90

Quatrième de couverture

« Aux côtés de Harry Potter et du magizoologiste Norbert Dragonneau, découvrez dans ce livre captivant les secrets des réalisateurs des «Animaux fantastiques» et revivez les grands moments de la saga «Harry Potter». Cet ouvrage extraordinaire, qui regorge d’images somptueuses et de révélations sur les acteurs et les décors des films, offre également de nombreuses surprises à ouvrir, à manipuler et à déployer, en fac-similé et en trois dimensions!
Enfilez un masque de Mangemort, feuilletez un exemplaire authentique du Chicaneur, faites tourner le Cadran magique du niveau de risque d’exposition aux Non-Maj’ du MACUSA, ouvrez la valise enchantée de Norbert Dragonneau… Plongez dans le Monde des Sorciers de J.K. Rowling et laissez-vous porter par la magie du cinéma! »

Mon avis

J’étais super contente d’avoir reçu ce magnifique livre ! Il est divisé en deux parties : la première partie est axée sur les animaux fantastiques et la deuxième partie est axée sur les films d’Harry Potter. C’est un réel plaisir de tourner les pages, de découvrir les photos et les les petites surprises que renferme ce livre : on peut par exemple faire tourner le Cadran magique du niveau de risque d’exposition aux Non-Maj ou découvrir des masques de Mangemort.

On en apprend plus sur les personnages principaux d’Harry Potter. Par exemple, sur la peau, le nez et les yeux de Voldemort, mais également sur certains lieux comme la gare de King’s Cross ou le chemin de Traverse.

Pour conclure, un livre magnifique et très agréable à feuilleter pour tous les fans d’Harry Potter.

Je remercie grandement Gilles Paris et les éditions Gallimard Jeunesse pour cette lecture dans le cadre de notre partenariat.

Lux (tome 3 – Opale), de Jennifer Armentrout

318 pages

Éditeur : J’ai Lu

Date de parution : le 21 septembre 2016

Prix : 13€90

Chronique du 1er tome

Quatrième de couverture

« Si elle a été sauvée in extremis par les pouvoirs de Daemon, Katy n’est désormais plus tout à fait la même. Et il lui faudra du temps pour apprivoiser sa nouvelle nature. néanmoins, la communauté des Luxens a des problèmes plus urgents à régler dans l’immédiat : un deuil qui fait dissension, le retour inattendu de Dawson, et la recherche d’un plan visant à tromper la surveillance de la Défense.

Par ailleurs, une menace bien pire que la présence des Arums semble peser sur eux : « le Dédale ». Si cette organisation découvre ce dont Daemon et Katy sont capables, ils sont perdus… »

Mon avis

J’ai beaucoup aimé me replonger dans cette saga. J’ai lu cet opus d’un seul coup, sans pouvoir m’arrêter. La plume de l’auteur et l’histoire sont addictives.

Concernant les personnages, nous faisons la connaissance de Dawon, le frère de Daemon et Dee. C’est un personnage qui souffre et qui est prêt à tout pour sauver Beth. S’agissant de Dee, je dois avouer que sa relation avec Katy me manque. Bien sûr, je comprends pourquoi elle ne veut plus parler à Dee, mais j’aimais beaucoup leur amitié. Quant à Daemon et Katy, leur relation est stable et leur alchimie est toujours présente. Nous retrouvons aussi Blake. C’est un personnage en qui je n’ai pas du tout confiance et je n’étais pas ravie de le voir débarquer !

S’agissant du dénouement final, je peux vous dire qu’il faut absolument avoir la suite dans sa PAL pour éviter toute frustration.

Pour conclure, une saga que je vous recommande chaudement.

Je remercie grandement les éditions J’ai Lu pour elle pour cette agréable lecture dans le cadre de notre partenariat.

La note de Rex

5 sur 5

 

Le passe-miroir (tome 1 – Les fiancés de l’hiver), de Christelle Dabos

593 pages

Éditeur : folio

Date de parution : le 11 mai 2016

Prix : 8€70

Quatrième de couverture

« Ecoute-moi bien, fille… Tu es la personnalité la plus forte de la famille. Je te prédis que la volonté de ton mari se brisera sur la tienne.

Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Fiancée de force à l’un des héritiers d’un clan du Pôle, elle quitte à regret le confort de sa famille. La jeune femme découvre ainsi la cour du Seigneur Farouk, où intrigues politiques et familiales vont bon train. Loin de susciter l’unanimité, son entrée dans le monde devient alors l’enjeu d’un complot mortel. »

Mon avis

Ophélie vit sur Anima où elle s’occupe d’un musée avec son oncle. Elle a des dons particuliers et est capable de lire le passé des objets et de passer à travers les miroirs. Sa vie va basculer le jour où sa mère l’informe qu’elle va devoir se marier avec Thorn, un homme qu’elle n’a jamais vu et qui vient du Pôle.

J’ai tellement entendu parler de ce livre que j’avais hâte de le lire. La plume de l’auteur est vraiment magnifique. On se plonge aisément dans l’univers qu’elle a créé, on savoure chaque page que l’on tourne, au moins pendant le premier tiers de l’histoire. J’ai ensuite eu plus de mal à apprécier l’histoire, notamment à cause de la façon dont sont traitées Ophélie et sa tante, même si l’action est un peu plus présente. Je trouve également dommage que les dons d’Ophélie soient peu mis en avant dans cet opus.

Concernant les personnages, ils sont nombreux mais tous différents et importants. Ophélie est une jeune femme quelconque, sans charme, maladroite, qui s’habille avec de vieilles robes. Accompagnée de sa tante, elle devra quitter sa planète pour rejoindre la Citacielle où vit Thorn, son futur mari. Ophélie fera alors la connaissance de la famille de Thorn, de son environnement, de sa façon de vivre. Elle devra vivre au milieu des complots et ne faire confiance à personne. Quant à Thorn, il ne semble pas très agréable, ne parle pas beaucoup et ne prend pas le temps de faire découvrir à Ophélie son monde. Malheureusement, c’est le problème des mariages forcés. On apprend à le connaître un peu au fur et à mesure de l’histoire, mais il m’intrigue encore.

Il faut également savoir que Le Passe-miroir est le lauréat du concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama en 2013. Un grand bravo donc à Christelle Dabos pour ce roman.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture avec cet opus. J’en attendais plus, mais je suis ravie d’avoir découvert la plume de Christelle Dabos. Malgré ma petite déception, je lirai le deuxième tome avec plaisir.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’imaginaire.

Jour quatre, de Sarah Lotz

456 pages

Éditeur : Fleuve Noir

Date de parution : le 10 mars 2016

Prix : 19€90

Quatrième de couverture

« La croisière s’amuse… jusqu’au bout de l’horreur.

Piscine, excursions, soirées spectacles, bar à cocktails, cours de fitness, et même un casino ! Le Rêveur Magnifique portait bien son nom, et promettait une croisière paradisiaque aux heureux touristes embarqués à son bord. Mais le quatrième jour de la traversée, un incendie se déclare en salle des machines, et jette le paquebot à la dérive. Les communications avec l’extérieur sont rompues – aurait-on dérivé jusqu’au triangle des Bermudes ? Un meurtre, une épidémie, puis l’apparition chronique de fantômes dans les couloirs inférieurs achèvent de transformer le rêve en cauchemar.

S’agit-il seulement du délire d’un médium halluciné, dont les prêches galvanisent les passagers ? Ou ces spectres surgis du néant ont-ils une autre origine ? Livrée au hasard et à la panique, la croisière sombre dans le chaos.« 

Mon avis

Avec ce roman, nous embarquons au sein d’une croisière censée être paradisiaque. Elle l’est jusqu’au quatrième jour, où tout bascule : les moteurs du paquebot tombent en panne, un incendie se déclenche, l’électricité ne fonctionne plus, une épidémie court à bord, les secours n’arrivent pas et certains passagers voient d’étranges apparitions…

Alors que j’avais déjà été déçue du roman Trois du même auteur, je souhaitais lui donner une deuxième chance avec Jour Quatre. Malheureusement, ma lecture fut une grosse déception. Pourtant, la quatrième de couverture m’a attirée et m’attire toujours. Je ne comprends pas comment elle peut me faire autant envie alors que je me suis ennuyée tout au long de ma lecture. Je n’ai pas réussi à trouver un intérêt à l’histoire, je n’ai pas accroché à l’intrigue et il ne se passe pas grand chose.

Il y a une alternance de narrateurs entre plusieurs personnages assez nombreux. Nous faisons donc notamment la connaissance d’un medium, d’un blogueur, d’un médecin… Chaque personnage est spécial, mais je me suis attachée à aucun d’entre eux.

Pour conclure, je ressors déçue de ma lecture. Même si ce roman se lit vite, je ne lui ai pas trouvé d’intérêt et je me suis ennuyée pendant toute ma lecture. Je n’avais qu’une envie : le terminer au plus vite.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

Les dépossédés (tome 1 – La Belle et le Maudit), de Page Morgan

512 pages

Éditeur : Bayard

Date de parution : le 16 mars 2016

Prix : 17€90

Quatrième de couverture

« Une part de ténèbres sommeille en chacun de nous… »

Mon avis

La couverture de ce livre m’avait attirée en librairie, donc lorsque Louve l’a proposé en partenariat je me suis jetée dessus.

Parlons un peu de l’histoire… Ingrid, Gabriella et leur mère Lady Charlotte Brickton quittent Londres pour emménager à Paris. Elles doivent retrouver le frère jumeau d’Ingrid, Grayson, dans une Abbaye. Mais une fois arrivées là-bas, Grayson est introuvable. Où est-il ? Comment le retrouver ? Est-il mort ou toujours en vie ?

Malheureusement, je ressors déçue de ma lecture. Alors qu’au début j’étais totalement plongée dans l’histoire, je l’ai lu en plusieurs fois car je m’ennuyais et je n’avais pas très envie de me replonger dans ce livre. J’ai trouvé que l’histoire était lente. Néanmoins, la plume de l’auteur est fluide et agréable. Le point original de ce roman est les gargouilles. Ce sont des créatures que l’on rencontre très peu en littérature jeunesse, j’ai donc été contente de passer un moment avec elles. L’histoire d’amour est au rendez-vous, ainsi que les démons et les Chiens de l’Enfer que je vous laisse découvrir. L’univers est intéressant à découvrir.

L’histoire se passe en 1899, contrairement à ce que nous laisse sous entendre la première de couverture. J’ai donc été un peu surprise de la période historique car je ne suis pas fan de ce genre de livre. D’ailleurs Ingrid et Gabriella sont naïves et je pense que c’est en partie à cause de la période historique.

Pour conclure, j’ai été attirée par cette magnifique couverture mais je n’ai malheureusement pas accrochée à l’histoire qui est trop lente. C’est dommage car l’univers est intéressant à découvrir, mais la lenteur m’a empêchée de savourer ce roman auquel j’ai décroché.

Je  remercie Louve, Mort-Sûre ainsi que les éditions Bayard pour cette découverte dans le cadre d’un partenariat.

De trèfles et de plumes, de J. Arden

543 pages

Éditeur : J’ai Lu

Date de parution : le 22 octobre 2015

Prix : 13€

Quatrième de couverture

« 1890, Londres. Lady le jour, Rose de la reine la nuit, Slaine Adamson mène une double vie qui nécessite quelques ajustements vestimentaires et beaucoup d’entorses à l’étiquette. Quand, dans un cimetière de Whitechapel, la brume revêt un parfum de soufre et de trèfles et qu’un partenariat temporaire est requis avec une grande brute d’Irlandais, il se pourrait que même des litres de thé ne suffisent pas à garder intact le flegme de notre enquêtrice. Au moins, voilà l’occasion pour elle de troquer ses aiguilles contre des couteaux. Pour la reine ! »

Mon avis

Sláine Adamson est Lady le jour, mais Rose de la Reine Victoria la nuit pour qui elle travaille secrètement. Son boulot ? Traquer les esprits. Sa première mission commence avec le ressenti d’une secousse qui est en fait l’ouverture d’une brèche magique. Cela la mènera au cimetière de Whitechapel. Elle y rencontrera un séduisant Irlandais avec qui elle devra faire équipe.

J’avais envie de découvrir cette auteure française que je ne connais pas. De plus, la couverture de ce livre est vraiment très belle, mais c’est malheureusement le seul point positif. Dès les premières pages, je n’ai pas du tout accroché à l’histoire et je n’ai pas réussi à me plonger dans ce roman. La plume de l’auteure est bien trop lourde, bien trop descriptive. On se perd dans les descriptions et les métaphores qui alourdissent l’histoire. C’est bien dommage car ce roman aurait pu être meilleur si la plume de l’auteur était plus légère. J’ai mis du temps à lire ce livre, beaucoup de temps.

Sláine s’est engagée à devenir l’une des Roses de la Reine aux termes d’un serment : « dans l’ombre, je traquerai. Sous son couvert, je périrai. Ainsi vivent et meurent les Roses de la reine ». Ce serment a été rédigé avec le sang de Sláine que seule la mort effacera. C’est un personnage attachant qui a du caractère et de l’humour.

Pour conclure, je n’ai pas du tout réussi à me plonger dans ce roman fantastique. Je n’avais qu’une hâte : le terminer le plus vite possible.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.