Archives Mensuelles: mars 2012

Une larme m’a sauvée, de Angèle Lieby avec Hervé de Chalendar

230 pages

Éditeur : Éditions Les Arènes

Date de parution : le 22 mars 2012

Quatrième de couverture

 » La veille du 14 juillet, Angèle Lieby se rend aux urgences d’un hôpital de Strasbourg pour une mauvaise migraine. Son état s’aggrave et on doit la plonger dans un coma artificiel.

Quelques jours plus tard, les médecins n’arrivent pas à la réveiller  : malgré toutes les stimulations, Angèle ne montre aucun signe de vie. «  Il faut la débrancher  !  » finit-on par dire à son mari.

Pourtant, le jour anniversaire de son mariage, sa fille voit une larme perler au coin de sa paupière. Angèle est non seulement vivante, mais parfaitement consciente. Et ce depuis le premier jour…

Elle raconte ici son expérience hors du commun, celle d’une femme enfermée dans son propre corps qui entendait tout, ressentait tout, sans pouvoir réagir.

Une incroyable leçon de vie, d’amour et de courage. « 

Mon avis

Ce livre est le témoignage de Angèle Lieby, qui se rend aux urgences d’un hôpital de Strasbourg pour une grosse migraine. Les médecins doivent la plonger dans un coma artificiel, mais Madame Lieby ne se réveille pas. Son corps reste inerte, ses yeux restent fermés, mais son esprit est bien réveillé et elle entend tout ce qui est dit autour d’elle.

L’écriture du livre est simple (à la portée de tous) et ce livre se lit rapidement car on a hâte de connaître comment Madame Lieby va s’en sortir.

Sachant que c’est une histoire réelle (j’en lis jamais d’ailleurs), ce livre m’a encore plus touchée. Madame Lieby est vraiment passée par des phases où je pense que pas mal de personnes auraient abandonnées. Madame Lieby a écrit ce livre juste pour témoigner et pour éviter que cette histoire se reproduise avec d’autres patients. Elle a vraiment du courage car je crois qu’à sa place, j’en aurai vraiment voulu au personnel médical qui la faisait souffrir physiquement mais aussi moralement lorsque par exemple au bout de quelques jours seulement le médecin propose à son mari et sa fille de la débrancher …  (Je ne spoile pas car c’est écrit dans la quatrième de couverture 😉 ) Il y a quand même de quoi se révolter et j’espère que même si Madame Lieby ne lui en veut pas, elle a été le voir après son rétablissement pour lui dire ses quatre vérités … Malheureusement, ce n’est pas la seule souffrance qu’elle a dû endurer, mais je vous laisse les découvrir en lisant ce livre.

Les autres « personnages » principaux sont son mari, Ray, et sa fille, Cathy. On peut voir à quel point cette famille est « soudée », son mari viendra voir Madame Lieby tous les jours à l’hôpital. Avec sa fille, ils lui parleront très souvent et bien sûr, ils aiment tellement Madame Lieby qu’ils feront tout pour qu’elle revienne parmi eux. Son mari lui a été d’une grande aide pour son rétablissement, cet amour au sein de cette famille a vraiment beaucoup contribué au rétablissement de Madame Lieby qui faisait tous ses efforts pour Ray et Cathy. Ils sont tous les trois très courageux et on ne peut que les admirer.

Je ne peux pas en dire plus sur les souffrances de Madame Lieby pour ne pas vous dévoiler son histoire, mais c’est vraiment une femme forte et admirable.

Vous aurez compris que cette histoire m’a touchée, que des erreurs médicales ont été commises, qu’elles ont été pardonnées, mais qu’elles peuvent arriver à n’importe qui d’entre nous. Je vous recommande cette lecture très touchante.

Publicités

La couleur de l’âme des anges (tome 1), de Sophie Audouin-Mamikonian

444 pages

Éditeur : Robert Laffont

Date de parution : le 05 janvier 2012

Quatrième de couverture

« Sauvagement assassiné à 23 ans, Jeremy devient un Ange… et réalise avec effroi que l’on peut mourir aussi dans l’au-delà.

Pour ne pas disparaître, en effet, tout Ange doit se nourrir des sentiments humains et même… les provoquer !

Invisible et immatériel, Jeremy décide d’enquêter sur sa mort et tombe rapidement amoureux de la ravissante Allison, une vivante de 20 ans, témoin de son meurtre. Or l’assassin de Jeremy traque la jeune fille…

Jeremy parviendra-t-il à sauver Allison ? Sera-t-il capable de sacrifier ses sentiments et de vivre à jamais séparé d’elle ? »

Résumé

L’histoire se passe à New-York  où un jeune homme Jeremy, a été assassiné, décapité par un Samouraï. Il passe « de l’autre côté » et devient un Ange. Il rencontre plusieurs vieux Anges mais il va vite devoir se débrouiller seul et découvrir comment se passe la vie là-haut. Mais Jeremy comprends à son enterrement qu’Allison, jeune demoiselle, sait quelque chose sur ce meurtre. Il la suit alors afin d’en découvrir plus sur l’identité de l’assassin mais s’aperçoit vite qu’Allison est en danger et que c’était elle qui était visé par l’assassin. Il essaye de la sauver en lui soufflant des mots, il l’observe, la surveille et commence à en devenir amoureux … (ce n’est pas pratique pour un Ange d’être amoureux d’une humaine). Malheureusement, Allison va également devenir un Ange. Son instinct protecteur vis-à-vis de cette jeune fille ainsi que ses sentiments amoureux vont continuer dans ce monde des Anges.

Mon avis

J’ai choisi de lire ce livre car j’aime les histoires avec les anges et je m’intéresse à ce qui peut éventuellement se passer après la mort. Néanmoins, je l’ai bien aimé mais sans accrocher plus que ça (peut être car je n’ai pas réussi à me détacher de « Starcrossed » pour lequel j’avais eu un coup de cœur 😀 ).

Le titre du livre « la couleur de l’âme des anges » reflète très bien l’histoire. La couleur de chaque Ange a une très grande importance, notamment le bleu signifie qu’il s’agit d’un Ange « gentil » qui se nourrit des sentiments positifs des humains comme la joie, tandis que le rouge signifie que c’est un Ange « méchant » qui se nourrit des sentiments négatifs des humains comme la colère, la haine, la tristesse … Mais il n’y a pas que ces deux couleurs …

L’écriture de l’auteur est simple mais j’ai plusieurs fois été surprise par sa façon de formuler ses phrases … Pourtant, je ne fais pas trop attention à ce genre de chose mais là à plusieurs reprises j’ai trouvé qu’il y avait quelques maladresses. Sinon, il y a beaucoup de rebondissements tout au long du livre et on ne s’ennuie pas tout au long de cette lecture.

Par contre, je n’ai pas trop aimé  « l’humour » de ce livre. J’ai trouvé que c’était un humour vraiment lourd. Par exemple, voici une phrase de Jeremy « Allons-y pour les expériences, de toute façon je ne vais pas en mourir. Ah, ah, que je suis drôle, moi !  » (page 38). Ce que je n’ai pas aimé, c’est que ce type de phrase (qui ne me fait même pas sourire) revient souvent tout au long du livre.

J’ai également compris dès le début qui était l’un des « méchants » ; ça m’a un peu gâchée ma lecture. Il y a trop de manières grossières de nous montrer qu’il faut se méfier de tel ou tel personnage. Or, je trouve ça dommage car ça nous enlève pas mal de suspens.

Concernant les personnages, j’ai bien aimé Jeremy et son côté protecteur vis-à-vis d’Allison. Je me suis un peu moins attachée à Allison mais elle n’est pas déplaisante. Il ne faut pas oublier que deux autres personnages ont également un rôle important : Flint et Lili, deux vieux anges irrésistibles.

Enfin, la fin ne nous laisse pas sur un suspens insoutenable comme dans beaucoup de livres, c’est une « vraie » fin, même si une suite est prévue à ce premier tome. Et cela fait du bien 🙂

Je conseille tout de même de lire ce livre car l’histoire en général est plaisante, malgré quelques points négatifs à mon goût. Aussi, je n’ai peut être pas appréciée ce livre objectivement par rapport aux évènements de ma vie personnelle au moment de sa lecture qui font que je n’ai pas réussi à me plonger comme il le fallait dans l’histoire. En tout cas, je serai au rendez-vous lors de la sortie du tome 2 !

Starcrossed (tome 1), de Joséphine Angelini

430 pages

Éditeur : Pocket Jeunesse

Date de parution : le 02 février 2012

Quatrième de couverture

 » C’était la nuit dans le pays aride. Hélène se mit en route. Elle aperçut quelqu’un, au loin, et pressa le pas. C’était Lucas. Tombé à genoux, il avançait, tâtonnant comme un aveugle, se coupant les mains sur les pierres tranchantes. Il avait si peur qu’il n’osait pas se redresser. Hélène comprit qu’il la suppliait de le laisser là. Mais elle savait qu’elle ne devait pas, sinon il ne quitterait jamais le pays aride. Malgré ses pleurs, elle l’obligea à se lever et à marcher. »

Résumé

Hélène, une jeune fille de dix-sept ans, vit seule avec son père, Jerry, sur l’île de Nantucket. Elle ne connaît pas sa mère qui l’a abandonné à sa naissance. Le seul souvenir qu’elle lui a laissé est un joli pendentif. Hélène sait qu’elle est « différente » des autres élèves de par sa taille et par certains dons qu’elle a (comme courir vite). Cela la rend timide et elle évite d’être en contact avec les autres, sauf avec ses amis et surtout sa meilleure amie, Claire. La rentrée des classes a lieu et une nouvelle famille, la famille Délos, vient d’arriver sur l’île. Contrairement à son amie Claire qui espère déjà sympathiser (et plus) avec cette famille, Hélène s’en moque royalement, jusqu’à ce qu’elle rencontre dans un couloir l’un des membres de cette famille : Lucas. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, elle ne tombe pas sous son charme puisqu’elle l’attaque et cherche à le tuer. Pourquoi a-t-elle réagit comme ça ? Qui est Hélène ? Elle ne se reconnaît plus et est épuisée car elle ne dort plus à cause d’horribles cauchemars qu’elle fait chaque nuit. Mais grâce à Lucas, Hélène va en connaître plus sur ses origines et sur leur amour maudit.

Avis

Ce livre est un gros coup de cœur pour moi ! J’ai mis un peu de temps avant de me décider à le lire car je savais qu’il parlait de mythologie grecque (or je n’aime pas trop ce sujet) mais je ne regrette pas du tout de l’avoir  lu !

D’abord, la couverture est jolie et très agréable au toucher. Le livre se laisse lire sans difficultés. Une fois qu’on est entré dans l’histoire, on ne peut plus s’arrêter de lire (même si j’ai été obligé de m’arrêter à cause de mes partiels blancs, snif).

Dans les romans pour jeunes adultes, à ma connaissance, le thème des demi-dieux n’a pas été traité et franchement ça fait du bien de découvrir un nouveau thème. J’ai beaucoup aimé l’histoire, la manière dont l’auteur fait référence à la mythologie grecque a rendu ce thème agréable pour moi.

On ne s’ennuie pas une seule seconde, une fois passée la mise en place de l’histoire, il y a de l’action et des rebondissements tout au long du livre.

Les personnages principaux, Hélène et Lucas, sont très attachants et les personnages secondaires jouent également un rôle important, notamment Cassandre qui m’a beaucoup touché. Hélène réagit par moments comme une adolescente qui pense qu’à elle et non aux conséquences que ses actes pourraient avoir. Mais au fur et à mesure de la lecture de ce livre et donc au fur et à mesure qu’Hélène va en découvrir plus sur ses origines, elle va mûrir. Quant à Lucas, c’est un jeune adolescent comme je les aime dans les livres : il souffre pour ceux qu’il aime et on s’attache à lui grâce à sa façon d’être et à sa façon de réfléchir.

Si vous aimez les romans pour jeunes adultes et que vous souhaitez lire une histoire originale et touchante, n’hésitez pas à lire ce livre. Seul bémol : cette histoire est une trilogie et le tome 2 sort que dans un an !!! 😦  Pour ma part, je serai au rendez-vous, mais qu’est-ce que ça va être long d’attendre !!

Devil City (tome 1), de Jana Oliver

441 pages

Éditeur : Castelmore Éditions

Date de parution : le 09 mars 2012

Quatrième de couverture

«  Piégeur de démon : un métier dangereux et exclusivement masculin. Pourtant, c’est la carrière qu’a choisi Riley Blackthorne. Dans un monde en ruine, démoli par des démons apparus à la surface de la terre, elle devra prouver à tous qu’elle est de la trempe des meilleurs. Ça tombe plutôt bien, les démons n’attendaient que ça. « 

Avis

J’ai beaucoup aimé ce livre mais ce n’est pas encore un coup de cœur 🙂  Peut être que ça le sera lors des prochains tomes …

La couverture du livre est assez sombre, tout comme l’histoire. L’histoire est bien écrite et le livre se laisse lire facilement. Elle est originale mais c’est dommage qu’on ne nous explique pas comment les démons sont apparus pour réduire le monde en ruine et aussi pourquoi ? Quelle est leur motivation ? Prendre le dessus sur les humains ? Bref, cela sera peut être expliqué dans les prochains tomes. Par contre, nous comprenons que la vie est dure dans ce livre, certains produits sont chers et les cours sont même enseignés dans des magasins « recyclés » comme le Starbucks.

Dans ce livre, il y a principalement des piégeurs de démons, donc aussi des démons ^^, mais on rencontre aussi des chasseurs de démons, des sorcières, des Nécromanciens, des anges, des Maccabs … Cet univers est vraiment original et c’est un plaisir de le découvrir au fil des pages.

Concernant l’une des héroïnes, Riley Blackthorne, dix-sept ans, elle vit seul avec son père, Paul Blackthorne qui est piégeur de démons. Riley veut également devenir piégeuse de démon, même si c’est un métier masculin, et piège pour le moment des démons de classe 1 (les moins dangereux d’entre eux). Les démons sont classés en fonction de leur intelligence et de leur dangerosité de la classe 1 (moins dangereux) à la classe 5 comme les Géos (très dangereux, il faut limite fuir)

L’action se met vite en place car dès les premières pages, Riley doit piéger un démon de classe 1 (un Biblio) dans une bibliothèque. Malheureusement, cela tourne assez mal et Riley risque de se faire expulser de la Guilde des piégeurs de démons. Riley a un fort caractère tout en étant sensible. En effet, elle va devoir faire face à un gros malheur et souhaite l’affronter sans l’aide de personne. De plus, cela va plus que tout confirmer qu’elle veut devenir piégeuse de démon,  Elle fera des erreurs, comme tout apprenti, mais en retiendra les leçons.

Beck et Simon (apprentis piégeurs) sont également des personnages importants dans l’histoire. Beck est un apprenti piégeur de Paul Blackthorne. Riley le déteste et leurs répliques peuvent par moment nous faire sourire 🙂  Quant à Simon, elle va le découvrir au fil des jours et l’apprécie beaucoup.

Pour finir, je conseille ce livre car l’histoire est originale et prenante.  J’ai très envie de lire le tome 2 pour, j’espère, comprendre comment les démons sont arrivés et qu’est-ce que va devenir ce monde détruit par les démons. Et également, comment va évoluer les relations entre les différents personnages 🙂

Cette saga va  faire parler d’elle cette année donc n’hésitez pas à la lire  😀

Le Chuchoteur, de Donato Carrisi

576 pages

Edition Le Livre de Poche

Date de parution : le 5 mai 2010 (Calmann-Lévy)

Quatrième de couverture

 » Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

Un époustouflant thriller littéraire,
inspiré de faits réels. « 

Avis (attention au petit spoiler)

Coup de cœur ! J’ai adoré !! Je ne lis pas beaucoup de thriller en ce moment et j’ai voulu jouer le jeu avec les challenges dans lesquels je me suis engagée, notamment dans le Baby Challenge Thriller de Livraddict. J’ai choisi ce livre car l’histoire m’a attiré et aussi car j’avais lu beaucoup de bons commentaires sur ce livre.

Comme une grande majorité des commentaires, je n’ai pas du tout été déçue par ce livre. Dès le début du livre on entre dans l’action. Tout d’abord, on découvre une lettre du directeur d’une prison adressée au procureur général au sujet du comportement d’un prisonnier. On se demande d’ailleurs quel est le rapport avec  le chapitre qui suit où on arrive dans le cœur du sujet avec la découverte de cinq bras de petites filles âgées de neuf à treize ans qui ont récemment disparues mais également d’un sixième bras appartenant à une petite fille dont les enquêteurs ne connaissent pas l’identité. L’équipe qui enquête alors, composée de Goran Gavila, Stern, Rosa, Boris et Roche (j’en ai peut être oublié), fait appel à Mila Vasquez, une experte en affaire d’enlèvements, afin de les aider à retrouver l’identité de la sixième petite fille.

Ce thriller a le mérite d’avoir plusieurs personnages qui ont tous un rôle à  jouer, d’avoir des rebondissements de dingue, de lier plusieurs histoires et tout cela sans que le lecteur s’emmêle une seule fois les pinceaux, contrairement à certains thrillers où on fini par s’y perdre.

L’originalité de ce livre est qu’un crime découvert nous emmène sur la découverte d’un autre crime. Ainsi, le tueur met à jour d’autres assassins … Le tueur tient toutes les ficelles et  organise la découverte de ses crimes d’une manière orchestrale.

Les pages défilent et défilent, on ne peut plus s’arrêter de lire ce livre ! Il faut vraiment le lire pour ceux qui aiment les thriller. Mais attention aux âmes sensibles, car ce livre est tiré de faits réels… Toutefois, l’auteur décrit les scènes de crimes sans rentrer dans des détails « gores », il s’agit surtout d’un thriller psychologique.

Enfin, pour celles et ceux qui découvrent toujours la fin avant de la lire, vous ne risquez pas de la découvrir cette fois-ci…

À noter qu’un nouveau thriller intitulé « le Tribunal des âmes » de Donato Carrisi vient de sortir, à voir s’il sera à la hauteur de son premier livre car la barre est placée très haute ! 😉

Lily Bard (tome 1 – Meurtre à Shakespeare), de Charlaine Harris

252 pages

Éditeur : J’ai Lu

Date de parution : le 15 février 2012

Quatrième de couverture

 » Je m’appelle Lily Bard et je mène une petite vie tranquille à  Shakespeare, Arkansas, où je me suis installée pour oublier  mon passé. Aujourd’hui, tout a changé. En rentrant, j’ai fait  une macabre découverte : le cadavre de mon propriétaire. Après avoir paniqué et mis mes empreintes partout, je me suis éclipsée… Je n’ai plus le choix, il faut que je retrouve l’assassin  avant que l’on ne vienne sortir les squelettes de mon placard… « 

Mon avis

Pour ce livre, je n’ai pas fais de résumé car je trouve que la quatrième de couverture en dit suffisamment 🙂

Ce nouveau roman a été écrit par Charlaine Harris, auteur de la très bonne saga « la Communauté du Sud » et de la tétralogie « les mystères de Harper Connelly ».

Tout d’abord, pour tous les fans de la saga la « Communauté du Sud », ne vous attendez pas au même genre d’histoire ! L’histoire est totalement différente, aucune créature surnaturelle, et surtout il y a une enquête à mener.

Le style de l’auteur est toujours aussi agréable à lire. Nous suivons les aventures de Lily à travers elle, puisque ce roman est à la première personne.

Mais … je ne peux pas dire que je n’ai pas apprécié ce livre, loin de là. Cependant, je n’ai vraiment pas eu de coup de cœur. Il est vrai que dès le début le livre nous emporte dans l’action avec la découverte du cadavre du propriétaire de Lily Bard. Mais ensuite, je trouve que cette enquête est délaissée au profit d’autres choses qui sont tout aussi intéressantes comme le passé de Lily, les petites mesquineries qu’elle va subir, des détails de son boulot en tant que femme de ménage. Il y a également beaucoup de personnages à présenter (les résidents de Shakespeare) car ce sont les premiers suspects du meurtre de leur propriétaire. Et finalement, peut être parce que c’est le premier tome et donc l’auteur « plante le décor », mais je trouve qu’on s’éloignait de l’enquête principale.

 Lily se décide à trouver le coupable du meurtre de son propriétaire (Pardon Albee) car elle est elle-même suspectée. Pour ne pas attirer l’attention sur elle et surtout pour pas que les résidents découvrent son passé, elle décide d’enquêter. L’enquête ici s’est faite par des déductions par rapport à ce que Lily connaît de la vie privée des résidents grâce à son travail de femme de ménage. Il est relativement aisé de trouver l’identité du meurtrier mais cela ne nous empêche pas d’apprécier l’histoire (j’ai découvert le suspect à un certain moment de l’histoire, pas non plus au tout début 😉 )

Concernant le personnage principal, Lily, l’auteur l’a très bien décrite. Nous apprenons pourquoi elle est renfermée sur elle-même (cinq personnes seulement sont entrées chez elle en quatre ans). Et avec ce qu’elle a vécu, je comprends son comportement et je la trouve vraiment courageuse. Même en faisant son métier de femme de ménage, elle ne se mêle pas de la vie des personnages et reste très discrète.

Nous faisons également connaissance de Marshall, professeur de karaté de Lily, et de l’inspecteur Claude Friedrich qui mène l’enquête sur le meurtre. Ces deux personnages ont un rôle important dans l’histoire et la fin du tome 1 me donne envie de lire le tome 2 afin de voir comment va évoluer les relations que Lily a commencé à bâtir malgré son passé … (je ne peux pas vous en dire plus ^^)

En conclusion, je trouve que ce livre est sympa à lire, il se lit facilement et rapidement car les pages tournent et tournent et on ne s’ennuie pas. C’est un tome introductif à cette nouvelle saga, donc je laisserai une chance au tome 2.  Je vous conseille de le lire car j’ai aimé l’histoire, c’est juste que l’enquête, assez basique, passe trop au second plan à mon goût.

Delirium (tome 2 – Pandemonium), de Lauren Oliver

375 pages

Éditeur : Black Moon

Date de parution : le 1er mars 2012

Attention aux spoilers du tome 1 dans cet avis !

Quatrième de couverture

«  Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant. Aujourd’hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Mais une nouvelle rencontre vient remettre en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ? Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ? Plongez dans l’inoubliable trilogie DELIRIUM. « 

Résumé

Dans la partie « Avant » du livre, nous retrouvons Lena qui a réussi à franchir la frontière pour rejoindre la Nature. Lena est recueillie par Raven qui l’a sauvé et prends soin d’elle jusqu’à temps qu’elle récupère des forces. Mais Lena va vite devoir s’intégrer au sein de la nature, notamment en participant aux tâches comme celle d’aller chercher de l’eau pour tout le monde, à environ deux kilomètres de leur « camp ». Malgré sa fatigue et son manque de force, Lena le fera tous les matins et petit à petit se fait naturellement accepter par les personnes qui l’ont recueillies : Raven, Tack, Sarah, Blue, Hunter … L’hiver arrive et Lena et ses amis se préparent à aller vivre ailleurs, sous peine de ne plus avoir de quoi vivre s’ils restent à cet endroit. Malheureusement, cela ne va pas se faire si facilement et leur chemin sera semé d’embûches.

Dans la partie « Maintenant » du livre, nous retrouvons Lena, six mois après avoir franchi la frontière. Dans cette partie, Lena, au sein de la résistance, vit avec Raven et Tack et espionne  l’ ASAPD (« Association pour une Amérique sans delirium« ). Elle a pour mission particulière de surveiller Julian Fineman, qui va subir le Protocole. Mais cette mission va se révéler dangereuse et Lena pourrait bien y perdre la vie.

Mon avis

J’ai commencé ce livre hier soir et je l’ai terminé ce midi !!  Non pas car ce livre est trop court (même si un livre qu’on adore est toujours trop court ^^) c’est juste que j’ai adoré ! Je n’arrivais pas à m’arrêter de lire, je voulais absolument savoir la suite …

C’est un réel plaisir de lire un livre de Lauren Oliver. Les pages se tournent facilement, on en veut toujours plus, elle arrive à décrire les sentiments d’une façon telle qu’on se croirait être à la place de Lena, on partage vraiment avec elle tout ce qu’elle ressent, sa joie, ses larmes …

Ce livre se présente sous une forme d’alternance de chapitres entre « maintenant » et « avant ». « Avant » correspond à la période où Lena vient de rejoindre la Nature donc ça reprend le fil de l’histoire du tome 1. « Maintenant » renvoie à sa vie, six mois après, au sein de la résistance où elle a pour mission d’espionner l’ ASAPD (« Association pour une Amérique sans delirium« ).

Le personnage de Lena a évolué par rapport au tome 1, depuis qu’elle a franchi la frontière elle est plus forte et plus combative. Elle va au bout de ses idées, à n’importe quel prix. Elle pense tout au long du roman à Alex, elle vit dans l’attente qu’il la retrouve un jour, même si elle sait au fond d’elle qu’il a été tué.

Il n’y a pas seulement le personnage de Lena qui joue un rôle important mais aussi par exemple celui de Tack, Julian ou Raven. Pour ma part, Raven m’a un peu énervé. C’est madame je sais tout, « obéissez moi, taisez vous, c’est moi qui commande ». Alors que si tous les personnages sont dans la nature c’est pour être libre ! Heureusement que Tack la calme un peu, ce qui créé des disputes entre eux.

Je trouve qu’il y a de l’action dans ce tome : il n’y a pas une minute où l’on s’ennuie. On voit juste les pages défiler et on en veut encore et toujours. On apprend également à différencier les Invalides des Vengeurs, mais je ne vous en dis pas plus ^^

En conclusion, pour ceux qui ont aimé le tome  1 de Delirium, je ne peux que vous conseiller ce livre, vous ne serez pas déçus 🙂

Bon par contre je dois avouer que je suis dégoûtée car en lisant un avis de ce tome sur un forum avant de l’acheter, dès le deuxième avis de trois lignes,  il y a eu un ÉNORME spoiler que je ne vais pas refaire ici … Mais pour celles et ceux qui ont lu ce tome 2, imaginez vous un gros spoiler sur la fin de ce livre. J’étais bien bien dégoûtée. Car la fin du livre est juste atroce. Atroce dans le sens où ça s’arrête sur un évènement important, un évènement dont on connaîtra la suite dans le prochain tome qui sort dans un an. Donc une attente énorme et qui va être très dure …

Je suis un phénomène d’Elisabeth Atkinson

227 pages

Éditeur : Alice Éditions

Date de parution : 23 février 2012

Voici ma deuxième chronique sur un tout nouveau roman jeunesse !

Quatrième de couverture

 » Il y a cinq choses dont Faye Noman est certaine : Sa mère n’a pas pris la peine de prononcer son nom à voix haute avant de l’inscrire au registre des naissances. Ce problème serait moins important si elle ne mesurait pas déjà presque 1,80 m à seulement 12 ans. Moins important, aussi, si sa mère ne s’obstinait pas à s’habiller comme une hippie et pouvait lui donner une réponse claire sur l’identité de son père. Moins important, encore, si parler à quelqu’un de son âge ne lui semblait pas une tâche insurmontable. Il existe certainement un endroit sur terre, quelque part, où elle se sent chez elle… non ? Cet endroit, Faye espère l’avoir trouvé le jour où une lettre arrive pour l’inviter à passer une semaine dans un camping, pour une grande réunion organisée par la famille de son père… Elle y découvrira que les principes d’éducation rien moins qu’originaux qu’a appliqués son excentrique de mère ont certains avantages, entre autres de lui avoir donné un esprit d’indépendance et la faculté de prendre des décisions. « 

Résumé

Le personnage principal du livre nommée Faye (se prononce Fée) Noman (Phénomène) va fêter ses douze ans dans ce livre, elle est en classe de sixième, mesure un mètre soixante dix-huit et a pour seule amie Pénélope, dix ans. Elle habite à Homeport avec sa mère, Donatella et son grand-père Nonno, et son chien. Sa mère tient une boutique de perles et Faye l’aide beaucoup. Sa mère n’entretient pas une relation maternelle avec Faye ; Faye gère la maison et la boutique pendant que sa mère sort tous les soirs et de ce fait Faye a acquis une grande autonomie par rapport aux filles de son âge. Mais Faye déteste l’école car elle n’a pas d’amie, personne ne l’aime à cause de sa taille (1m78). Lors de ses douze ans, sa mère lui offre alors un livre intitulé « Comment apprendre en autodidacte par la voie cosmique, niveaux 6 à 12 ». Sa mère lui offre l’occasion d’arrêter l’école et d’apprendre tous ces cours à la bibliothèque avec son grand-père.

Faye se demande si elle n’a pas été adoptée, comme sa copine Pénélope. Elle ne ressemble pas à sa mère et d’autres choses font qu’elle doute sur la véracité des propos de sa mère : par exemple, son père aurait quitté sa mère un an avant sa naissance … Elle ne se sent pas bien dans son peau de jeune fille de douze ans, se demande s’il existe un endroit où elle se sentirait bien dans ce monde et son sourire revient un peu lorsqu’un jour elle reçoit une invitation de la famille Noman, sa famille paternelle, où elle est invitée à se rendre pour un week-end dans un camping avec toute la famille !

Faye est très contente de se rendre à ce petit week-end. Mais une fois arrivée là-bas, elle va s’apercevoir que sa vie n’est peut être pas si mal à Homeport …  Heureusement, lors de ce week-end, Faye va rencontrer un étranger qui va bouleverser sa vie …

Enfin, où est son père ? Il n’est plus le bienvenue dans sa famille … le verra-t-elle un jour ?

Mon avis

Ce livre a obtenu le Prix du Meilleur Livre de Jeunesse aux Etats-Unis. Donc je l’ai acheté même si j’avais peur que ce livre soit destiné aux adolescents de 12 – 14 ans.

Je ne vais pas vous mentir, je ne m’étais pas trompée 🙂  L’écriture de l’auteur est fluide et facile à lire, il y a, à mon goût, peu de pages :  227 pages et les caractères sont écrits en gros …  autant dire que j’ai commencé ce livre ce soir et que je l’ai terminé … ce soir.

Concernant le personnage principal du livre, Faye est attachante, elle est intelligente et très autonome grâce (ou à cause ?) de sa mère. La pauvre va rencontrer beaucoup d’obstacles sur son chemin pour une jeune de douze ans. Mais heureusement, sa meilleure amie est toujours là pour l’épauler. Aussi, elle est rejetée par tout le monde et par moment nous nous surprenons à partager sa peine.

Ce livre met en avant le fait qu’il faut accepter tout le monde et apprendre à connaître les gens avant de juger. Cela donne une bonne leçon de vie à ses lecteurs. L’amitié a également sa place dans ce livre.

Même si ce livre est destiné à de jeunes lecteurs, on ne s’ennuie pas pendant sa lecture, les pages se tournent toutes seules et on a hâte de connaître les aventures de Faye. Il ne faut pas oublier que l’auteur amène ce sujet avec humour et légèreté, ce qui rend le livre sympathique à lire, à tout âge 🙂

La Forêt des Damnés de Carrie Ryan

437 pages

Éditeur : Pôle Fiction

Date de parution : le 11 février 2010

Vous trouverez ci-après ma première chronique, je vous remercie d’être indulgents ! 🙂

Quatrième de couverture

 » Mary habite un village entouré d’une clôture. Derrière, les Damnés, revenus de la mort, rôdent dans la forêt, avides de chair humaine. Promise à Harry, Mary vit une passion interdite avec Travis, le fiancé de sa meilleure amie. Pourtant, elle rêve d’un ailleurs. Mais comment franchir la Forêt des Damnés ? Une envoûtante histoire d’amour post-apocalyptique dans un monde infesté de zombies.« 

Résumé

L’histoire débute avec Mary qui vit dans un village au sein de la Forêt de Mains et de Dents où vivent les Damnés. Le village est clôturé (ou emprisonné ? ^^) afin de protéger ses habitants des Damnés. Au sein du village, les règles imposées par la Congrégation de Soeurs sont strictes et personne n’a le droit de s’aventurer dans la Forêt des Damnés ni au-delà. Même les gardiens leur obéissent et ont pour missions de surveiller la solidité des grillages qui entourent le village et les éventuelles attaques de Damnés. Mais depuis son enfance, la mère de Mary lui parle de l’océan, elle rêve alors d’un monde sans Damnés, un monde où il n’y aurait que de l’eau. Elle ne sait pas si cet Océan existe vraiment ? S’il y a un autre monde au-delà de son village ?

Un matin, Harry, un ami d’enfance de Mary, vient l’inviter à la fête des Récoltes c’est un moment très important car c’est à cette fête que se font les déclarations d’amour. Mais dans ce village l’amour ne compte pas dans le mariage et Mary va vite en faire les frais. Elle n’a pas eu le temps d’accepter ou de refuser cette invitation que retentis la sirène prévenant d’une attaque de Damnés ou d’une brèche dans la clôture du village. Mary a perdu son père il y a quelque temps, transformé en Damné. Depuis, sa mère pense qu’il reviendra un jour et erre souvent près de la clôture. Mary sait alors tout de suite qu’elle doit aller voir ce qu’il se passe car elle doit sauver sa mère. Malheureusement, il est trop tard, sa mère s’est fait attraper par un Damné et ne va pas tarder à se transformer.

Le frère de Mary, Jed, est un gardien du village. Il en veut alors terriblement à Mary d’avoir laissé sa mère se transformer en Damné. Jed rejette Mary qui doit alors rejoindre la Congrégation des Soeurs. Mary sait qu’elle n’est pas faite pour passer sa vie au sein de la Congrégation. Heureusement, Harry vient la demander en mariage. Mais Mary va retrouver là-bas un ami d’enfance, Travis, le frère de Harry, qui s’est blessé et dont elle va tomber amoureuse. Cependant, Travis est déjà fiancé à sa meilleure amie Cassy … Et Cassy est amoureuse d’Harry alors qu’elle est promise à Travis (oui c’est les feux de l’amour).

Mary a l’occasion de parler également à travers un mur à une étrangère nommée Gabrielle. Elle n’est pas de ce village. Cela donne de l’espoir à Mary qui croit depuis toujours à l’Océan. Est-ce qu’il existe un Océan au-delà de la forêt des Damnés ? Est-ce qu’il y a d’autres villages ? D’où vient Gabrielle ? Mary aimerait lui demander mais Gabrielle disparaît rapidement.

Une attaque des Damnés vient alors interrompre les deux mariages prévus et tout le monde essaye de se réfugier sur les plateformes mais il n’y a plus de place pour Mary et Harry qui prennent alors un chemin de l’autre côté d’un portail et y sont rejoints par Travis et Cass.

Un long périple commence alors afin d’échapper aux Damnés et peut être, comme le rêve Mary, trouver d’autres village ou l’Océan ?

Mon avis

Ce livre me faisait de l’œil depuis Noël dernier où on me l’a offert et il est resté dans ma PAL (Pile A Lire) jusqu’à il y a trois semaines où je l’ai choisi pour m’accompagner sur les trajets de la fac.

Dans ce livre, afin de changer des histoires de vampires que je lis beaucoup en ce moment, il s’agit de zombies ! J’aime beaucoup les films avec les zombies donc j’avais très envie de lire un livre sur le même sujet.

Tout d’abord, ce qui m’a un peu étonné dans ce livre, c’est que les Damnés semblent assez rapide, contrairement aux habituels zombies qui se déplacent lentement. Mais bon, à chacun sa façon de voir les zombies 🙂

Sinon, ce livre se lit simplement et c’est vrai que lorsqu’on termine un chapitre, on a tout de suite envie de lire le chapitre suivant. Les chapitres sont coupés de façon à se demander comment va progresser l’histoire. Les détails sont présents, notamment pendant les attaques des Damnés. L’auteur ne se lasse pas de nous rappeler à quel point les Damnés ont constamment envie de chaire fraîche. Les détails « gores » ne m’ont pas choqué mais ce livre est classé dans la catégorie « jeunesse » donc toutes ces descriptions m’étonnent pour un livre de cette catégorie.

Dans une première partie du livre, l’histoire se met en place, les doutes de Mary se mettent progressivement en place quant à l’existence d’un autre « monde » au delà de la forêt, quant à ses sentiments envers Travis et Harry et aussi quant à savoir ce que cachent les Soeurs de la Congrégation. Nous pouvons dire que la deuxième partie du livre est celle où les Damnés ont pris possession du village. Marry et ses amis cherchent alors à sauver leurs vies. Nous voyons l’évolution psychologique du personnage de Marry, les durs choix qu’elle aura à faire. Elle ne cesse pas de croire en l’Océan et c’est grâce à cet espoir qu’elle essaye de rester en vie. Dans cette partie du livre, le lecteur se pose les mêmes questions que Mary et l’auteur sait nous tenir en haleine.

Pour finir, des questions restent sans réponses dans ce roman (notamment : que deviennent les personnages du livre ?) mais ce livre m’a beaucoup plu, même si ce n’est pas l’un de mes coups de coeur. Aussi, peut être seront-elles données dans le deuxième tome « Rivage Mortel », mais je ne l’ai pas encore lu.

[Thriller] Baby challenge 2012

Image

Challenge : [Thriller] Baby challenge 2012

Je participe sur Livraddict à un challenge de Thriller, qui se terminera le 31 décembre 2012. Le but est de lire le plus possible de livres sélectionnés dans ce Baby Challenge. En fin d’année, une médaille me sera attribuée selon le nombre de livres lus :

Médaille d’or : 20/20
Médaille d’argent : 16/20
Médaille de bronze : 12/20
Médaille de chocolat : 8/20

# Titre, Auteur État
1 La Trilogie du mal, tome 1, de Maxime Chattam Non lu
2 De Fièvre et de Sang, de Sire Cédric Non lu
3 Shutter Island, de Dennis Lehane Non lu
4 Les Rivières Pourpres, de Jean-Christophe Grangé Non lu
5 Deuils de miel, de Franck Thilliez Non lu
6 Le Jeu de l’Ombre, de Sire Cédric Non lu
7 Fractures, de Franck Thilliez Non lu
8 Le Chuchoteur, de Donato Carrisi Lu
9 Le silence des Agneaux, de Thomas Harris Non lu
10 La Promesse des ténèbres, de Maxime Chattam Non lu
11 Robe de marié, de Pierre Lemaitre Non lu
12 Thérapie, de Sebastian Fitzek Non lu
13 Le Serment des Limbes, de Jean-Christophe Grangé Non lu
14 Le Livre sans nom, de Anonyme Non lu
15 L’Appel de l’ange, de Guillaume Musso Non lu
16 Seul le silence, de R.J. Ellory Non lu
17 L’Enfant des cimetières, de Sire Cédric Non lu
18 Cul-de-sac / Piège Nuptial, de Douglas Kennedy Non lu
19 Ce que j’ai vu et pourquoi j’ai menti, de Judy Blundell Non lu
20 Les Vestiges de l’aube, de David S. Khara Non lu

Et voilà, j’en suis à 1/20 avec une découverte plus que satisfaisante (je recommande le livre « Le Chuchoteur » ^^ )