Archives de Catégorie: Science fiction

La planète des dormants, de Gaël Aymon

Éditeur : Nathan

Date de parution : le 14 juin 2018

Prix : 16€95

Quatrième de couverture

« Pour réparer leur vaisseau endommagé, des explorateurs spatiaux atterrissent en catastrophe sur une planète inconnue. la découverte de ruines d’une civilisation disparue ravive l’espoir de la capitaine : cette nouvelle planète pourrait-elle être habitable ? Mais une partie de l’équipage est prête à tout pour repartir au plus vite, malgré l’état du vaisseau…

La rencontre soudaine avec un peuple primitif qui les prend pour des dieux, les Sept Dormants, les place devant un choix crucial : jouer les usurpateurs ou détromper ceux qui les accueillent ? »

Mon avis express

Je remercie les éditions Nathan pour l’envoi surprise de ce livre. Malheureusement, je ressors déçue de ma lecture. Alors que la quatrième de couverture m’attirait un peu, je me suis ennuyée pendant ma lecture. Je trouve que l’histoire est lente et manque d’action. Je n’ai donc pas réussi à me plonger dans l’histoire et à l’apprécier. Du coup, je ne me suis pas attachée aux personnages… Aussi, il est difficile de bien les appréhender car ils sont nombreux dès le début, mais on fini par s’habituer à eux. De plus, il y a une liste des personnages au début du livre pour nous aider si besoin.

Un point positif tout de même pour la première de couverture que je trouve jolie 🙂

Je remercie Samia et les éditions Nathan pour cette découverte dans le cadre de notre partenariat.

Publicités

Ready Player One, de Ernest Cline

404 pages

Éditeur : Michel Lafon

Date de parution : 15 mars 2018

Prix : 17€95

Quatrième de couverture

« L’avenir d’un monde en jeu, une quête pour la récompense suprême. Etes-vous prêt ?

2045. La réalité est devenue insoutenable. les rares moments pendant lesquels Wade Watts se sent vraiment exister sont ceux où il est connecté à l’OASIS, un vaste monde virtuel dans lequel la majeure partie de l’humanité passe son temps.

Quand l’excentrique créateur de l’OASIS meurt, il laisse derrière lui une suite d’énigmes complexes inspirées par son obsession pour la pop culture des décennies passées. Le premier à les résoudre deviendra l’héritier de son immense fortune et, surtout, contrôlera l’OASIS.

Et Wade résout la première énigme. Il est soudain assiégé de rivaux qui tueraient pour accéder au trésor. La course est lancée. Une seule façon d’y survivre : la gagner. »

Mon avis

En 2045, la Terre va mal : pauvreté, maladies, guerres… Afin d’échapper à la misère quotidienne, les habitants passent beaucoup de temps sur l’OASIS, un monde virtuel créé par un concepteur de jeux vidéos, James Halliday. Grâce à l’OASIS, on peut vraiment se déconnecter de la réalité puisque certaines personnes y suivent des cours, y travaillent… James Halliday est décédé et avait énormément d’argent. Il a donc décidé de léguer son héritage à la personne qui trouvera son « oeuf de pâques » sur l’OASIS. Il faudra donc trouver ce gros trésor en résolvant des énigmes dans l’OASIS. Wade, jeune homme de dix-sept ans, arrivera-t-il à mettre la main dessus ?

Tout d’abord, je remercie Camille pour cette découverte et je m’excuse grandement pour mon retard de chronique. L’univers créé par l’auteur est intéressant, mais l’intrigue met du temps à se mettre en place. Il faut être patient car il est néanmoins nécessaire de mettre en place l’environnement. L’auteur a essayé de bien décrire l’OASIS, mais ces descriptions sont ennuyeuses au bout d’un moment. Dommage que la fin soit plus que prévisible puisque dévoilée dès les premières pages. Le livre est bourré de références (années 80 et jeux vidéos), ce qui ne plaira pas à tout le monde.

S’agissant des personnages, on les connaît surtout par leur avatar puisque dans l’OASIS, chacun y est avec un avatar et ne se connaît donc pas dans la « vraie » vie. Je ne me suis pas spécialement attachée à eux et ce n’est d’ailleurs pas le but de ce livre.

Pour conclure j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, mais je l’ai trouvé un peu trop descriptif. Certes, j’aime les jeux vidéos mais il y avait trop de descriptions et de références pour moi.

Je remercie grandement Camille et les éditions Michel Lafon pour leur confiance et pour cette découverte dans le cadre de notre partenariat.

La note de Rex

3 sur 5

Warcross, de Marie Lu

408 pages

Éditeur : Pocket jeunesse

Date de parution : le 4 janvier 2018

Prix : 18€50

Quatrième de couverture

« La vie est dure pour Emika, 18 ans, criblée de dettes, et qui survit comme chasseuse de primes dans les entrailles de Manhattan. Aussi, bien décidée à fuir cette réalité, la jeune femme chausse ses lunettes connectées et plonge dans l’univers fantastique du jeu en réseau le plus incroyable jamais inventé : Warcross.

Mais quand elle pirate la finale du grand tournoi de l’année, elle est repérée par l’intrigant créateur du jeu : Hideo Tanaka, un jeune et beau génie dont les fans se comptent par millions. Emika sent pourtant que les intentions d’Hideo dépassent le cadre de Warcross et pourraient bien faire vaciller la frontière fragile entre réel et virtuel… »

Mon avis

Nous suivons Emika, une adolescente de dix-huit ans, qui survit en tant que serveuse et chasseuse de primes. Afin de décompresser, elle chausse régulièrement ses lunettes connectées et plonge dans Warcross, un jeu en réseau. Comme elle a besoin d’argent, lors de la finale du grand tournoi de l’année, Emika hacke le jeu. Elle est ainsi repérée par Hideo, le créateur de Warcross, qui lui demande de le rejoindre à Tokyo. Elle n’hésite pas une seule seconde à saisir cette opportunité, mais que va-t-il lui arriver ? Une nouvelle vie commence alors pour Emika…

En tant que gameuse, j’avais très envie de lire ce roman. Le point fort de ce roman est l’univers créé par l’auteure. Le lecteur est complètement plongé dans le monde de Warcross, un monde virtuel qui est vraiment bien décrit par l’auteure. Elle nous donne envie de plonger dans Warcross, mais elle attire également l’attention du lecteur sur les dangers des jeux en réseaux, comme ici le hackage.

Concernant les personnages, j’ai apprécié Emika. Avec son rôle de chasseuse de primes, elle doit enquêter sur plusieurs personnages afin de mettre la main sur Zéro. J’ai donc douté de tout le monde. Qui est Zéro ? Que veut-il ? A-t-il des complices ? Comment le trouver ? S’agissant d’Hideo, j’ai eu du mal à l’apprécier au début. Il ressemblait vraiment à un homme riche qui claque des doigts et obtient ce qu’il veut, tout en étant froid avec les gens. Mais au fur et à mesure de l’histoire, on apprend un peu à le découvrir. Nous rencontrons également d’autres personnages que je vous laisse découvrir et qui ont leur importance.

Je n’ai pas accroché à la romance entre deux personnages. Cela m’a fait bizarre de les voir ensemble, même si au final ça ajoute un peu de piquant à l’histoire.

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman que j’ai dévoré. J’ai volontairement évité de donner trop de détails sur l’intrigue et sur le monde créé par l’auteure afin que vous soyez le plus surpris possible si vous souhaitez, à votre tour, vous plonger dans Warcross. Je conseille ce roman aux lecteurs qui aiment le Young Adult et le monde des jeux vidéos !

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

4 sur 5

Alice au Pays des Morts-Vivants, de Mainak DHAR

255 pages

Éditeur : Fleuve éditions

Collection Outrefleuve

Date de parution : le 12 mai 2016

Prix : 17€90

Quatrième de couverture

« Pays des Morts, Inde. Du monde d’hier, il ne reste rien, juste les armes, nécessaires à la survie. Depuis qu’un virus a réduit la quasi-totalité de l’humanité à l’état de zombies, le Comité Central règne sur cette partie du globe. L’instrument de son pouvoir : son armée, Zeus.

Alice, quinze ans, vit dans une communauté restée indépendante et libre. Pour toute école, elle n’a connu que celle du combat. mais elle y excelle. Lors d’une patrouille, elle surprend un mort-vivant portant des oreilles de lapin roses qui sort subitement de terre, puis qui disparaît. Des rumeurs parlent d’un réseau souterrain où les Mordeurs se réfugient.

Sans l’ombre d’une hésitation, elle s’engouffre à sa suite. Et chute… »

Mon avis

Nous suivons Alice, une adolescente de quinze ans, qui n’a jamais connu le monde d’avant « le Réveil », puisqu’elle est née trois mois après le Réveil. Le Réveil est la période où un virus a réduit la majorité de l’humanité à l’état de zombies, de Mordeurs. Le monde s’est alors engouffré dans une guerre entre les vivants et les morts-vivants.

Un jour, alors qu’Alice pourchasse un Mordeur avec des oreilles de lapin rose, la terre cède sous ses pieds et elle glisse le long d’une pente abrupte et sinueuse, dans les spirales d’un tunnel.

Oui, le début de ce roman nous fait penser à une réécriture d’Alice au pays des merveilles, notamment à cause des personnages que nous rencontrons : Alice, la Reine, le Chapelier Fou. Mais ce n’est pas vraiment le cas.

Malheureusement, je n’ai pas accroché à la plume de l’auteur, surtout lors de la première partie du roman. L’auteur décrit Alice comme une guerrière, mais l’auteur nous le dit plusieurs fois. Pareil, l’auteur nous précise à plusieurs reprises qu’Alice ne sait pas lire, mais qu’elle devine néanmoins ce qui est écrit. C’est assez redondant. L’histoire se déroule également vite, trop vite. De plus, il n’y a pas trop de surprises, on devine la plupart des choses. L’action est présente, l’intrigue est intéressante mais reste trop superficielle.
Concernant les personnages, je ne me suis pas spécialement attachée à eux. J’ai trouvé qu’ils manquent de profondeur. Alice n’a en effet que le nom d’Alice. Je ne sais pas si l’auteur voulait ou non faire une vraie réécriture d’Alice au pays des merveilles, mais je peux vous assurer que ce roman ne ressemble pas à Alice au pays des merveilles avec des zombies, mis à part la ressemblance des noms des personnages (Alice, la Reine…).

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, mais malheureusement je n’ai pas accroché à la plume de l’auteur et au manque de profondeur de l’intrigue et des personnages.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

2 sur 5

 

Memorex, de Cindy Van Wilder

406 pages

Éditeur : Gulf Stream Editeur

Date de parution : le 6 mai 2016

Prix : 17€

Quatrième de couverture

« 2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contrat sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île Familial. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancœurs que Réha ressasse depuis un an. Au cœur de l’énigme : memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous. »

Mon avis

L’histoire se déroule en 2022, un an après l’attentat qui a tué la mère de Réha et d’Aïki, son frère jumeau. Depuis cet attentat, rien n’est plus pareil et Aïki s’est éloigné de Réha. Un an après le décès de leur mère et en sa mémoire, Réha et Aïki vont rejoindre leur père à Star Island, l’île familiale. Mais une fois arrivés là-bas, tout va basculer et Réha devra payer le prix des lourds secrets de son père.

Je n’avais pas trop accroché à la trilogie des Outrepasseurs de la même auteure, c’est pourquoi j’avais un peu peur de me plonger dans ce roman. J’ai été attirée par le livre dont la couverture m’a plu, mais également par sa tranche qui est originale car elle est toute verte.

La plume de l’auteure est fluide et agréable. Les chapitres sont courts et rapides à lire. Il y a une alternance entre le passé et le présent qui permet de nous révéler pas mal de choses. Les sujets traités dans ce roman sont malheureusement d’actualité, ce qui nous permet de mieux comprendre encore les personnages. La petite dose de science fiction amène une touche d’originalité à l’intrigue.

Concernant les personnages, je ne me suis pas attachée à eux. Le père de Réha est le riche propriétaire de Memorex, laboratoire spécialisé dans la recherche sur le cerveau. Dès le début, je n’ai pas accroché à ce personnage. S’agissant de Réha, c’est une adolescente forte qui continue de se battre malgré la perte de sa mère et malgré le fait que son frère s’éloigne d’elle alors qu’ils ont toujours été proches. S’agissant d’Aïki, je ne l’ai pas trop apprécié au début car je le trouvais froid et inintéressant. Puis on apprend à le découvrir grâce aux chapitres relatant le passé et on comprend mieux sa façon d’être.

Pour conclure, même si je suis loin du coup de cœur, j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman d’anticipation où la psychologie des personnages a une place importante.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

Le Secret de l’inventeur (tome 2 – L’Enigme du magicien), de Andrea Cremer

370 pages

Éditeur : Lumen

Date de parution : le 11 février 2016

Prix : 15 €

Chronique du 1er tome

Quatrième de couverture

« Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique…

Après l’explosion des Catacombes, le seul foyer qu’elle ait jamais connu, Charlotte est contrainte de mener sa petite troupe de survivants, parmi lesquels une dizaine d’enfants, vers La Nouvelle-Orléans. Désormais leader du groupe, elle se retrouve face à des choix difficiles pour préserver la vie de ses jeunes protégés, mais continue de voir en Grave, malgré sa force herculéenne et ses origines inquiétantes, un allié et un ami.

Des méandres du Mississippi au bayou de la Nouvelle-Orléans, l’Empire fera tout pour empêcher Charlotte de rallier le quartier général de la Résistance, où l’attendent son frère Ashley et le capitaine Jack Winter, qu’elle tient désormais pour un traître… Elle y découvrira l’envers de la rébellion – à commencer par sa propre mère, qui semble s’intéresser de très près à Grave et à ses capacités extraordinaires – sans compter les stratagèmes du puissant mage Nicodème et de Sang d’Acier, un flibustier français aux intentions troubles ! »

Mon avis

Nous retrouvons Charlotte juste après l’explosion des Catacombes. Avec les survivants, elle partira pour la Nouvelle-Orléans où se situe le cœur de la Résistance. Sans son frère pour l’accompagner, Charlotte devra faire face aux embûches qu’elle rencontrera sur son chemin et devra prendre les bonnes décisions.

Alors que mon avis était mitigé sur le premier tome de cette saga, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce deuxième tome. J’ai bien aimé suivre Charlotte et ses amis en direction de la Nouvelle-Orléans. Certes, l’action n’est pas omniprésente, mais je me suis tout de suite plongée dans l’histoire sans pouvoir la lâcher.

Concernant la première de couverture, j’avais déjà beaucoup aimé celle du premier tome, j’aime également beaucoup celle de cet opus qui est vraiment très belle. S’agissant de la plume de l’auteur, elle est toujours aussi agréable et son univers est vraiment intéressant.

Concernant les personnages, nous retrouvons principalement Charlotte, Grave, Pip, Scoff, Birch et Linnet. Malheureusement, nous ne voyons pas beaucoup Ash et Jack puisqu’une grande partie de l’histoire se passe sans eux. Charlotte va forcément devenir plus mature dans cet opus, elle devra veiller sur ses amis dont la plupart sont plus jeunes qu’elle, mais elle devra également veiller sur Grave. Nous rencontrons la mère de Charlotte qui ne m’inspire pas vraiment confiance. J’espère la connaître un peu plus dans le troisième tome.

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture avec cet opus. J’espère que le prochain tome sera aussi bon voir mieux s’il y a de l’action.

Je remercie grandement les éditions Lumen pour cette lecture dans le cadre de notre partenariat.

La note de Rex

4 sur 5

 

Lux (Tome 1 – Obsidienne), de Jennifer L. Armentrout

380 pages

Éditeur : J’ai Lu

Date de parution : le 17 septembre 2014

Prix : 13€

Quatrième de couverture

« Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf à rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une soeur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant ! Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre oeil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ? »

Mon avis

Kat vient d’emménager avec sa mère dans une nouvelle ville. Encore en vacances, Kat passe son temps sur son blog littéraire et à lire des livres. Quand elle se décide enfin à aller faire des courses et qu’elle demande le chemin à son voisin, elle tombe sur le fils des voisins, Daemon, qui n’est autre qu’un jeune homme beau, séduisant mais très con. Kat fera également la connaissance de Dee, la sœur de Daemon, avec qui elle s’entend bien et passera du temps, même si cela ne plaît pas du tout à Daemon. Au fur et à mesure du temps, Kat s’apercevra que tout le monde fuit cette famille. Pourquoi ? Elle l’apprendra bien assez tôt.

J’ai passé un très bon moment de lecture avec cet opus. L’écriture de l’auteure est fluide et addictive. J’ai apprécié le clin d’œil aux blogs littéraires lorsque Kat parle de livres et passe son temps sur son blog littéraire 😉

Concernant les personnages, Kat est une jeune fille solitaire qui se renferme dans le jardinage et avec son blog. Elle est venue s’installer dans cette petite ville avec sa mère car son père est décédé. Dee, la soeur de Daemon, est pleine de vie et est une sorte de rayon de soleil dans la vie de Kat. Elle est toujours de bonne humeur ! J’ai beaucoup aimé leur amitié. Daemon est un personnage très agaçant au début, qui semble lunatique puisqu’un jour il est méchant avec Kat, mais un autre jour il est sympa. Il est donc dur de le comprendre et de le cerner, jusqu’au moment où on connaît la raison de ces changements.

Je n’en dirai pas plus sur l’intrigue ni sur Daemon car je ne souhaite pas vous spoiler 😉

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman New Adult addictif !

La note de Rex

4 sur 5

 

U4 : Yannis, de Florence Hinckel

438 pages

Éditeur : Syros Jeunesse & Nathan

Date de parution : le 27 août 2015

Prix : 16€90

Quatrième de couverture

« Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?« 

Mon avis

Depuis quelques jours, le filovirus méningé U4 fait des ravages. Ses victimes en meurent en quarante heures. Plus de 90% de la population mondiale ont été tués et les seuls survivants sont des adolescents.

Yannis est l’un des survivants et vit à Marseille. Comme Koridwen, Jules et Stéphane, Yannis est un joueur de WOT, un jeu vidéo en ligne. Afin de laisser ce monde atteint par le virus, quitter les adolescents qui pètent les plombs et sèment la terreur, Yannis n’a qu’un seul espoir : se rendre à Paris afin d’être le 24 décembre à minuit sous la plus vieille horloge de Paris. Selon le maître du jeu de WOT qui lui a indiqué ces éléments, il pourra modifier le cours des événements. Nous suivons ainsi son parcours et ses rencontres jusqu’à Paris, accompagné de son chien Happy et des fantômes de sa famille qui lui rendent régulièrement visite.

Ce livre est l’un des livres les plus attendus de cette rentrée littéraire. Les éditions Nathan et Syros se sont associées avec quatre de leurs auteurs français pour l’écriture de cette saga de quatre tomes. U4 ce sont quatre auteurs, quatre romans avec un personnage différent dans chaque roman, quatre histoires que l’on peut lire dans l’ordre de notre choix, et tout cela dans un univers commun. Les quatre personnages peuvent également se croiser et chaque tome peut être lu indépendamment des autres tomes. Je trouve ce concept très original ! Pour ma part, j’ai commencé par le tome portant sur Koridwen et j’ai ensuite lu celui consacré à Yannis. Je dois avouer que j’ai préféré l’opus consacré à Koridwen.

Comment le virus U4 est-il arrivé ? Pourquoi seuls les adolescents ont-ils survécu ? J’ai trouvé qu’on avait un peu plus de réponses à nos questions que dans l’opus consacré à Koridwen. Malheureusement, je reste toujours sur ma faim à ce sujet là. La plume de l’auteur est agréable, mais de temps en temps je sentais pointer l’ennui car quelques passages étaient longs.
J’ai bien aimé découvrir des scènes rencontrées dans l’opus consacré à Koridwen, mais du point de vue de Yannis. Ça m’a permis de voir comment les auteurs ont fait pour mêler l’univers et les quatre personnages, tout en écrivant des tomes indépendants les uns des autres.

Concernant les personnages, je ne me suis pas spécialement attachée à Yannis. C’est un jeune homme qui n’a pas confiance en lui. Pour être un peu plus sûr de lui, il se met à la place de son personnage dans le jeu vidéo WOT, un combattant. C’est un adolescent assez sensible que les morts hantent. Il va un peu évoluer tout au long de l’histoire. J’ai beaucoup aimé son attachement à Happy, son chien. Happy prend d’ailleurs une place importante dans l’histoire. Yannis va rencontrer d’autres personnages lors de son périple vers Paris. Il rencontrera notamment Stéphane, avec qui il fera un bout de chemin.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture avec cet opus. J’apprécie vraiment ce concept original. Pour l’instant, j’ai une préférence pour l’opus consacré à Koridwen. J’ai hâte de découvrir l’histoire de Stéphane et de Jules.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

3 sur 5

U4 : KORIDWEN, de Yves GREVET

384 pages

Éditeur : Syros Jeunesse & Nathan

Date de parution : le 27 août 2015

Prix : 16€90

Quatrième de couverture

« Cela fait 10 jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale est décimée. les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commencent à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent. Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous. Parviendront-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?« 

Mon avis

Depuis quelques jours, le filovirus méningé U4 fait des ravages. Ses victimes en meurent en quarante heures. Plus de 90% de la population mondiale ont été tués et les seuls survivants sont des adolescents.

Koridwen est l’une des survivantes. Elle se retrouve seule au sein de la ferme familiale. Elle hésite entre se suicider ou continuer à vivre. Alors qu’elle se fait attaquer par des adolescents, elle commence à ne plus se sentir en sécurité chez elle. Elle décide d’aller chercher son cousin Max et de partir avec lui à Paris afin d’être le 24 décembre à minuit sous la plus vieille horloge de Paris. Elle y retrouvera alors le maître du jeu WOT qui a promis à ses joueurs une solution pour pouvoir retourner dans le passé et modifier le cours des événements. Avec Max, elle prend alors la route pour Paris à bord du tracteur familial.

Ce livre est l’un des livres les plus attendus de cette rentrée littéraire. Les éditions Nathan etSyros se sont associées avec quatre de leurs auteurs français pour l’écriture de cette saga de quatre tomes. U4 ce sont quatre auteurs, quatre romans avec un personnage différent dans chaque roman, quatre histoires que l’on peut lire dans l’ordre de notre choix, et tout cela dans un univers commun. Les quatre personnages peuvent également se croiser et chaque tome peut être lu indépendamment des autres tomes. Je trouve ce concept très original ! Pour ma part, j’ai commencé par le tome portant sur Koridwen et j’ai passé un très bon moment de lecture !

Comment le virus U4 est-il arrivé ? Pourquoi seuls les adolescents ont-ils survécu ? J’ai trouvé qu’en effet on avait quelques réponses à nos questions, mais je ne les ai pas trouvées assez développées. J’aurai aimé en savoir bien plus. Concernant la plume de l’auteur, je l’ai trouvée fluide et agréable. J’ai vite dévoré ce livre dont les pages se tournent toutes seules.

Concernant les personnages, nous suivons principalement Koridwen et Max. Koridwen est une adolescente de quinze ans qui a perdu toute sa famille à cause du virus. Grâce à son jeu vidéo, elle décide de partir à Paris mais pense à faire ce voyage avec son cousin Max. En allant à Paris, elle espère remonter le temps pour éviter la propagation de ce virus. Au cours de leur chemin, ils feront la connaissance de plusieurs personnages. Je ne me suis pas spécialement attachée à Koridwen, mais je ne l’ai pas détesté non plus. Je trouve seulement qu’elle accepte trop facilement plusieurs choses.

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture avec cet opus. Un roman d’adolescent dont je trouve le concept original et dont l’histoire m’a plu. Le prochain tome que je lirai portera sur Yannis. J’ai hâte de découvrir son histoire !

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’Imaginaire.

La note de Rex

4 sur 5

Les revenants (tome 1), de Seth Patrick

412 pages

Éditeur : Michel Lafon

Date de parution : le 26 août 2015

Prix : 18€95

Quatrième de couverture

« Dans une petite ville française dominée par un immense barrage, les habitants abasourdis voient des membres de leur famille revenir à la vie : des personnes de tous âges, parfois décédées depuis des années, reprennent le cours de leur existence sans aucun souvenir de leur mort. Camille, 13 ans, tuée dans un accident de bus scolaire, Simon qui s’était suicidé avant son mariage, Victor, un petit garçon mystérieux que personne ne semble reconnaître… Alors que chacun tente d’accepter l’impossible, des meurtres sanglants se produisent, semblables à une série d’assassinats perpétrés dans la région sept ans plus tôt.

Comment les habitants vont-ils faire face à cet incroyable phénomène qui suscite à la fois la joie, l’effroi et la jalousie ? Pourquoi ces revenants apparaissent-ils du jour au lendemain sans raison ? Et pourquoi eux en particulier ? »

Mon avis

Je n’ai pas vu la série américaine dont est tiré ce roman, mais la quatrième de couverture m’a donnée très envie de le découvrir. Malheureusement, je ressors un peu déçue de ma lecture.

Exceptionnellement, je ne vais pas faire de résumé de l’histoire car la quatrième de couverture en dit bien assez.

Il y a beaucoup de personnages et cela m’a fait un peu peur au début. Mais finalement, je ne me suis pas mélangée les pinceaux. Les chapitres sont courts et nous suivons en alternance l’histoire de chacun des personnages. Le point négatif de ce roman est la lenteur. J’ai trouvé que c’était lent, que les choses n’avançaient pas assez vite. Grâce à l’alternance des narrateurs, je ne me suis pas ennuyée mais à certains moments je n’en étais pas loin.

Concernant les personnages, dès les premières pages nous faisons la connaissance de Camille, enfant de treize ans qui est morte dans un accident de bus. Nous rencontrons également Simon, un homme qui s’est suicidé avant son mariage et qui veut à tout prix récupérer sa femme. Victor, un petit garçon mort que personne ne connaît (et qui est bien flippant). Nous rencontrons également Pierre, un personnage bien en vie mais assez étrange. Chaque personnage a son histoire. Je ne me suis pas attachée à eux  ni à leurs histoires.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, les idées sont bonnes, mais je regrette cette lenteur. Maintenant que l’histoire et les personnages sont en place, j’espère que la lenteur se fera moins ressentir dans le prochain tome. J’espère également que dans les prochains tomes nous aurons des réponses à nos questions, car ici nous restons sur notre faim.

Je remercie grandement les éditions Michel Lafon pour cette découverte dans le cadre de notre partenariat.

La note de Rex

3 sur 5