Archives Mensuelles: août 2012

Chimères, de Jean-Marc Ligny

322 pages

Éditeur : Lokomodo

Date de parution : le  23 juin 2012

Prix : 7€50

Quatrième de couverture

« Tous les trois siècles, une étoile rouge apparaît dans le ciel de Galova, illuminant d’écarlate les nuits de la planète. C’est alors que se manifestent les chimères. Redoutées par les autochtones, conjurées par les prêtres et les mages, elles ne semblent pourtant pas effrayer Feïn, l’innocent berger. Serait-il « possédé » ?
Au pays d’Enlall, Thazi, fille de pêcheurs, se découvre un étrange pouvoir, qu’elle va déchaîner bien malgré elle sur un seigneur local. Traqués tous deux par les autorités religieuses de leurs pays, Feïn et Thazi vont affronter une destinée plus mystérieuse encore…« 

Mon avis

Feïn, seize ans, est enlevé de chez Grosse Mani, sa nourrice, par un inconnu qui se révèle être le Seigneur Faau Kou Lorkein, Interpréteur personnel du Roi à Mérontori. Que lui veut-il ? Phalène, l’amie de Feïn, va partir à sa recherche à Mérontori.

De son côté, Thazi, seize ans, doit subir une épreuve en allant à la rencontre d’un puissant Mage afin d’obtenir une potion pour guérir Cili. Elle est alors ravie d’avoir l’occasion de fuir sa ville mais elle ne se doute pas de ce qui l’attend…

Mon avis est très mitigé sur ce livre et très subjectif puisque je n’ai pas compris toute l’histoire. Ce roman est divisé en plusieurs livres eux-mêmes subdivisés en chapitres. L’écriture de l’auteur est agréable à lire, je me suis rapidement plongée dans l’histoire et j’ai parfaitement compris le premier livre (soixante dix-sept pages) que j’ai beaucoup apprécié. Mais peu de temps après, je me suis perdue dans l’histoire. J’ai eu du mal à comprendre le rôle de quelques personnages. Quel était le but de l’histoire de chacun d’entre eux ? J’ai donc trouvé l’histoire complexe.

Heureusement pour moi, ce roman est court et se lit rapidement. Comme je n’ai pas compris toute l’histoire, l’ennui était souvent au rendez-vous. Si sa quatrième de couverture vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de le lire afin de vous faire votre propre avis en espérant que vous le comprendrez mieux que moi.

J’ai chroniqué ce livre pour les Chroniques de l’imaginaire.

Publicités

Démoniaque (tome 2 – L’appel des ombres), de Marjorie M. Liu

382 pages

Éditeur : J’ai Lu

Date de parution : le  20 juin 2012

Prix : 8€90

Chronique du 1er tome

Chronique du 3ème tome

Quatrième de couverture

« Nom : Kiss

Prénom : Maxine

Profession : Chasseuse de démons

Signe distinctif : Couverte d’une arme de tatouages protecteurs, transmis de mère en fille, et capables de prendre vie.

Mission : Découvrir qui a été assez malin et pervers pour tenter de m’assassiner au moment où je m’y attendais le moins.« 

Mon avis

Maxine est en pleine chasse et lorsqu’il est l’heure pour ses démons (ses garçons) de retourner sur son corps sous forme de tatouages, elle se fait tirer dessus d’une balle dans la tête. Heureusement, les démons ont eu le temps de prendre forme sur Maxine et de la protéger. Mais qui veut la tuer et pourquoi ?

De retour au Coop, un centre pour SDF, Maxine et Grant, amant zombie de Maxine, reçoivent la visite de Père Cribari qui lui annonce que des meurtres ont été commis par l’un de ses amis : le Père Ross. Le Père Cribari veut alors que Grant aille à Shanghai pour aider le Père Ross qui est possédé. Pourquoi le Père Cribari, cet homme qui a toujours voulu la mort de Grant, cherche-t-il à l’éloigner de Seattle et donc de Maxine ? En outre, Maxine doit toujours trouver une solution afin d’éviter que le Voile de la Prison ne tombe et libère les démons.

J’ai apprécié le style d’écriture de l’auteur que j’ai trouvé plus agréable que dans le premier opus. Ayant lu le premier tome de cette saga, j’ai réussi à me plonger rapidement dans cet univers sombre que nous offre Marjorie M. Liu. Mais je trouve que cet univers est vraiment complexe. À plusieurs moments j’ai décroché lors de ma lecture, non pas par manque d’actions car on ne s’ennui pas à ce niveau-là, mais à cause de la complexité de l’histoire et des personnages. J’ai également eu du mal à suivre tous les voyages dans le temps et l’espace de Maxine.

C’est pourtant un roman très intéressant puisque le lecteur est familier à l’univers créé par l’auteur mais aussi car il y a pas mal de révélations sur les personnages et notamment sur Grant. Pourquoi l’appelle-t-on « le Porteur de Lumière » ? Nous verrons également que Maxine et Grant ont un rôle très important à jouer afin d’éviter que le Voile de la Prison ne tombe. Dans les personnages secondaires, nous retrouvons Marie, Byron et Jacques qui ont aussi un rôle à jouer. Enfin, nous rencontrerons une nouvelle créature qui apparaît dans cette série : un loup-garou.

Cette saga n’est donc pas à mettre entre toutes les mains car Marjorie M. Liu a un style d’écriture bien particulier et son univers est complexe.

J’ai eu le plaisir de chroniquer ce livre pour les Chroniques de l’imaginaire.

C’est lundi, que lisez-vous ? [13]

Cette bannière a été crée par Galléane qui a repris ce rendez-vous initialement mis en place par Mallou.

Le principe est simple : tous les lundis, je répondrai aux trois questions suivantes :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?
k

Mes lectures de la semaine passée :

  

Ma lecture en cours :

Mes prochaines lectures :

     

Et vous, que lisez-vous ?

In My Mailbox [14]

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Liliebook qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français. »

Un « In My Mailbox » bien rempli cette semaine ! Je précise que la plupart de mes acquisitions sont d’occasions 😉

Livres achetés

     

     

     

     

     

Trocs

  

Et vous, qu’avez-vous reçu cette semaine ?

Démoniaque (tome 1 – Chasseurs d’ombres), de Marjorie M. Liu

351 pages

Éditeur : J’ai Lu

Date de parution : le  05 octobre 2011

Prix : 8€90

Chronique du 2ème tome

Chronique du 3ème tome

Quatrième de couverture

« Nom : Kiss

Prénom : Maxine

Profession : Chasseuse de démons

Particularité : Couverte d’une arme de tatouages protecteurs.

Point faible : Redevient humaine et vulnérable chaque nuit, quand les tatouages prennent vie… »

Mon avis

Maxine est une chasseuse de démons. Elle vit dans un loft au-dessus du Coop, un centre pour SDF. Elle est immortelle la journée car elle est protégée par des petits démons qui restent sur elle sous forme de tatouages. La nuit elle devient mortelle puisque ses petits démons prennent vie et l’aident dans diverses situations. La vie de Maxine n’est pas de tout repos puisqu’elle est accusée de meurtre et que le voile séparant les démons des humains est en train de tomber.

J’ai été gênée par le style d’écriture de l’auteur qui fait beaucoup de phrases très courtes et non verbales. J’ai également eu des difficultés à me plonger dans l’histoire même si je l’ai très bien comprise. Maxine, l’héroïne, reste dans le flou sur certains points pendant une bonne partie du roman. Je me demandais donc si j’allais comprendre toute l’histoire ou pas… Mais finalement je n’ai pas eu de souci de ce côté-là ! Et le fait de ne pas tout nous dire tout de suite amène le lecteur à vouloir lire plus vite !

L’univers créé par l’auteur est sombre mais intéressant. J’ai bien aimé le personnage de Maxine et ses petits démons qui la protègent et prennent vie la nuit. Elle les appelle d’ailleurs « les garçons ». Elle est très affectueuse envers eux, ils sont sa famille puisqu’ils se passent de mère en fille. Maxine sort également avec Grant, un zombie qui peut voir les sons, l’énergie, les auras, les reflets des âmes reliés à des couleurs. Il a également la capacité d’altérer la nature profonde d’un être humain en jouant de la flûte. Tomber amoureuse d’un zombie est un peu contre la nature d’une chasseuse, mais Maxine n’est pas une chasseuse ordinaire !

Dans l’ensemble, j’ai apprécié cette lecture grâce à l’univers et l’originalité de l’héroïne avec ses petits démons, mais j’espère que j’apprécierais plus le style d’écriture de Marjorie L. Liu dans le deuxième tome.

Les enfants de la lune, de Joël Sabouret

420 pages

Éditeur : Les Éditions Persée

Date de parution : le  14 février 2011

Prix : 22€31

Quatrième de couverture

« Céline est une jeune femme pas tout à fait comme les autres. Attaquée et mordue par une bête inconnue lors d’un voyage d’étude au Canada, elle découvre avec horreur qu’elle est responsable de plusieurs meurtres. Elle déménage alors et recommence sa vie, évite les contacts et travaille dans un institut chargé de s’occuper de gens atteints de la même « maladie ».

Depuis deux ans elle se tient à carreau et se surveille constamment, jusqu’au jour ou un jeune homme emménage dans l’appartement voisin du sien. Dès le premier jour elle se sent attirée, mais son état lui interdit de se lier, ce serait beaucoup trop dangereux. Toutefois, le combat qu’elle mène est perdu d’avance, elle ne peut se tenir éloigné de lui et finir par succomber.

Un an et demi plus tard leur petite famille se trouve plongée au cœur d’un complot visant à acquérir les droits d’une invention faite par Céline. Leur famille se retrouve au bord de la catastrophe. »

Mon avis

Dans la première partie de cet ouvrage, nous faisons connaissance avec Céline et Laurent. Il y a quelques années, Céline et sa copine ont été attaquées au Canada par une bête. Seule Céline en est sortie vivante, mais avec de lourdes conséquences. La bête lui a transmis un virus qui lui bouleverse la vie. À cause de lui elle a commis des meurtres dont elle ne se souvient pas et est obligée de s’enfermer dans une cage au moins trois nuits par mois. Heureusement, elle travaille au sein d’un institut qui s’occupe des personnes qui ont cette maladie. Afin d’éviter de nouveaux meurtres, elle s’interdit toute relation amoureuse. Mais va-t-elle réussir à ne pas succomber au séduisant Laurent, son nouveau voisin de palier ? Dans la deuxième partie de l’ouvrage, nous assistons à l’enlèvement de Laurent et de son bébé Adrien. Pourquoi sont-ils enlevés ? Comment vont-ils s’en sortir ?

Je peux tout de suite vous dire que j’ai passé une agréable lecture avec ce livre de Joël Sabouret mais que mon avis reste mitigé puisque quelques points m’ont dérangée.

Dans la première partie du roman, nous faisons donc connaissance avec Céline et Laurent. Nous en apprenons plus sur le passé de Céline et sur sa maladie. On assiste également au flirt de ces deux personnages. Mais ce qui m’a dérangée c’est qu’ils se disent « je t’aime » alors qu’ils viennent de se rencontrer. Je trouve que c’est peu réaliste. Idem, deux autres personnages se rencontrent à une soirée, passent la nuit ensemble et l’un d’eux affirme pendant cette même nuit qu’il l’aime. C’est un peu rapide une nuit pour développer des sentiments amoureux…

Dans la deuxième partie du roman, je trouve que c’est dommage que la carte de l’enlèvement ait été jouée à deux reprises. Aussi, je n’ai pas aimé l’évolution des sentiments des personnages. Toutes les femmes tombent amoureuses de Laurent que ça ne dérange pas trop et finalement je n’ai pas aimé le dénouement de l’histoire de ce point de vue (même si je sais que la maladie y est pour quelque chose dans ce dénouement). Je ne peux pas vous le raconter bien sûr ! Ceux qui ont lu ou qui liront l’ouvrage me comprendront certainement 😉

Tout au long de la lecture, j’ai vu pas mal de fautes d’accord, d’orthographe et une grande absence de ponctuation. Par exemple, le « où » est toujours écrit « ou ». C’est assez dérangeant et je pense qu’une relecture de l’ouvrage s’impose afin de modifier ces erreurs.

Dans ce roman la narration est principalement celle de Céline, mais quelques chapitres sont le point de vue d’autres personnages comme Laurent ou Catherine (la sœur de Laurent). J’ai trouvé que c’était intéressant d’avoir le point de vue de différents personnages sur une même situation.

Mis à part les fautes, j’ai bien aimé le style d’écriture de l’auteur, le récit est rythmé grâce aux nombreux dialogues des personnages et aux rebondissements. L’intrigue reste classique mais je l’ai bien aimé. Je ne me suis pas spécialement attachée aux personnages, par contre  j’ai adoré suivre leurs péripéties !

En conclusion, malgré le fait que quelques points m’ont dérangée lors de cette lecture, dans l’ensemble j’ai passé un agréable moment de lecture.

Je remercie Estelle et les éditions Persée pour cette agréable découverte dans le cadre de notre partenariat.

Les Highlanders (tome 6 – La punition d’Adam Black), de Karen Marie Moning

314 pages

Éditeur : J’ai Lu

Date de parution : le  04 juillet 2012

Prix : 6€50

Quatrième de couverture

« Pour punir Adam Black de son insoumission, la reine Aoibheal l’a privé de ses pouvoirs et de son immortalité. Le plus redoutable des Faës enrage ! Au moins demeure-t-il invisible aux yeux des humains… Sauf à ceux de Gabby O’Callaghan. Jeune avocate au don de clairvoyance, elle a aussitôt repéré le géant aux longs cheveux noirs. Au premier regard échangé, chacun a compris qui était l’autre. Puis, la jeune femme terrifiée a pris la fuite. Mais Adam la retrouvera. Et ce jour-là, il goûtera aux voluptés inconnues qu’elle seule peut lui offrir. »

Mon avis

Afin de punir Adam Black pour sa désobéissance, la reine Aoibheal a fait de lui un humain en le privant de son immortalité et de ses pouvoirs. Elle lui a également infligé le charme du féth fiada, un charme à triple action qui rend Adam Black impossible à voir, toucher ou entendre par les mortels. Adam va finir par rencontrer Gabby O’Callaghan, la seule humaine qui a le don de voir les faës puisqu’elle est la dernière descendante d’une famille de sidhe-seer. Mais depuis qu’elle est petite elle les évite et fait comme si elle ne les voyait pas. Lorsqu’elle voit Adam elle ne peut cependant pas s’empêcher de le regarder… Mais celle-ci prend la fuite ! Heureusement, Adam arrive à la retrouver. Ainsi ils feront face, ensemble, à quelques ennuis…

Le livre est divisé en deux grandes parties. Dans la première partie Adam va essayer de convaincre Gabby de lui apporter son aide, alors que cette jeune femme a été élevée avec l’idée que les faës sont dangereux et que s’ils découvrent son don sa vie serait en danger. Cette première partie contient de l’humour, de la séduction et de l’action ; on ne s’ennui pas ! Dans la deuxième partie de ce roman, Adam et Gabby se rendent en Écosse dans la demeure des jumeaux MacKeltar.  Adam parviendra-t-il à obtenir l’aide de Gabby ? Des sentiments vont naître…, mais sont-ils réciproques ?

Ce sixième tome se lit également indépendamment des autres tomes, même si quelques spoilers des tomes précédents sont glissés dans l’ouvrage. En tout cas, le fait de ne pas avoir lu tous les tomes précédents n’altère pas la compréhension de ce tome portant sur Adam Black.

La plume de Karen Marie Moning est toujours très agréable à lire ainsi que l’univers dans lequel elle nous plonge. J’ai beaucoup aimé la première partie du roman où il y avait pas mal d’humour. Aussi, j’ai bien aimé suivre le rapprochement d’Adam et de Gabby. J’ai donc passé un excellent moment de lecture avec ce roman auquel j’ai bien accroché !

J’ai eu le plaisir de chroniquer ce livre pour les Chroniques de l’imaginaire.

C’est lundi, que lisez-vous ? [12]

Cette bannière a été crée par Galléane qui a repris ce rendez-vous initialement mis en place par Mallou.

Le principe est simple : tous les lundis, je répondrai aux trois questions suivantes :

Qu’ai-je lu la semaine passée ?
Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Que vais-je lire ensuite ?
k

Mes lectures de la semaine passée :

  

Ma lecture en cours :

Mes prochaines lectures :

  

Et vous, que lisez-vous ?

In My Mailbox [13]

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. C’est Liliebook qui s’occupe de la gestion des In My Mailbox français. »

Livres achetés

     
     

Et vous, qu’avez-vous reçu cette semaine ?

Nom de code Digit, de Annabel Monaghan

287 pages

Éditeur : Editions de la Martinière Jeunesse

Date de parution : le  14 juin 2012

Prix : 13€90

Quatrième de couverture

« Farah Higgins est un génie des maths et tout le monde, au lycée, l’appelle Digit… Un jour, elle découvre la séquence d’un code secret lié à un complot terroriste et prévient les autorités. Dès lors, c’est l’engrenage : flanquée d’un bel et jeune agent du FBI, Digit doit fuir pour sauver sa peau. Parviendront-ils, ensemble, à empêcher un nouvel attentat ?« 

Mon avis

Farrah Higgins est une jeune fille de dix-sept ans habitant à Los Angeles. Depuis qu’elle est petite elle a un don : son cerveau calcule en permanence, d’où son surnom de Digit qui signifie « chiffre » en anglais. Un jour, elle découvre des ensembles de chiffres trois mardis de suite lors de la diffusion de sa série télévisée préférée. Digit essaye alors de comprendre cette séquence de chiffres… Peu de temps après, un attentat terroriste a eu lieu à l’aéroport Kennedy. Elle découvre alors le lien entre les séries de chiffres et l’attentat. Elle va en parler au FBI qui la prenne pour une folle de plus. Elle va donc mener l’enquête toute seule, mais très vite la vie de Digit est menacée…

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman. Annabel Monaghan a une écriture agréable et fluide à lire, la narration est à la première personne, il y a de l’humour et le récit est rythmé avec plein d’actions et de rebondissements ; on ne s’ennui pas une seule seconde avec notre matheuse ! L’intrigue est bien ficelée et même si la fin du roman est prévisible cela ne m’a pas empêchée d’apprécier cette lecture.

Farrah est une jeune fille attachante qui souffre de son don depuis qu’elle est petite. C’est seulement au lycée qu’elle va réussir à se fondre dans la masse et à avoir des amis. En outre, à cause de son don sa vie va basculer. J’ai bien aimé son caractère : elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et n’est pas influençable. Cette jeune fille qui n’a jamais connu l’amour risque d’être surprise…

John est un séduisant agent du FBI qui est chargé de protéger Digit. C’est un garçon très mystérieux qui ne se confie à personne. Il sauvera la vie de sa protégée à plusieurs reprises…

Je vous conseille avec plaisir la lecture de ce livre qui se lit rapidement mais dont j’ai savouré chacune de ses pages.

J’ai eu le plaisir de chroniquer ce livre pour les Chroniques de l’imaginaire.